Quiz express : morsures de chiens et de chats

Dr Richard H Sinert

Auteurs et déclarations

10 août 2020

C’est la forme spastique qui est la plus habituelle en cas de transmission rabique par un chien. Elle se traduit par une agitation, une hyperactivité, des spasmes hydrophobiques, un risque de morsure, une confusion voire des hallucinations. Après quelques heures à quelques jours d’évolution, ces périodes d’agitation deviennent épisodiques entrecoupés par des périodes de calme et de coopération. Les épisodes spastiques durent moins de 5 minutes et ils peuvent être induits par des stimuli sensoriels, auditifs, tactiles ou bien apparaitre spontanément. Des convulsions sont possibles. Cette phase peut s’achever par un arrêt cardio-respiratoire ou être suivie par une forme paralytique.

Seule une minorité des patients va développer d’emblée une forme paralytique ou « rage muette », terme qui est utilisé pour différentier cette atteinte de la forme spastique. Elle débute par des paresthésies au point d’entrée et évolue vers une paralysie flasque associée à de la fièvre et des céphalées. Le diagnostic différentiel avec un syndrome de Guillain-Barré est parfois délicat à établir en raison de la paralysie ascendante commune qui précède les signes neuropsychiatriques chez les patients infectés par le virus de la rage.

Selon l’OMS, ce sont les chiens qui sont majoritairement à l’origine des contagions humaines (90 %). L’organisation précise aussi que le délai d’incubation habituel est de 2 à 3 mois mais qu’il peut aller d’une semaine à un an selon la localisation du point d’entrée et la charge virale.

L’Assurance Maladie détaille la conduite à tenir vis-à-vis de l’animal, selon les circonstances :

Si l’animal est connu : son statut vaccinal contre la rage est vérifié. Même s'il est vacciné, l'animal doit être mis sous surveillance d’un vétérinaire sanitaire pendant 15 jours. Son propriétaire doit le présenter 3 fois au même vétérinaire sanitaire :

  • la première visite doit avoir lieu dans les 24 heures suivant la morsure ;

  • la deuxième au plus tard 7 jours après ;

  • la troisième 15 jours après la morsure.

À chaque visite un certificat justifiant l’exclusion de suspicion de rage est délivré au propriétaire. Si l’animal présente des signes suspects, la vaccination antirabique est effectuée chez la personne mordue.

Si l’animal est inconnu : le médecin doit adresser la personne mordue à un centre antirabique qui analysera la situation et décidera de la conduite à tenir en fonction des risques potentiels de contamination.

Si l’animal est mort : son corps doit être examiné par un vétérinaire. En attendant les résultats des examens réalisés, la personne doit débuter une vaccination contre la rage.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....