COVID-19 : le taux de reproduction R du virus, un indicateur d'une deuxième vague ?

Serge Cannasse

Auteurs et déclarations

11 août 2020

France – Existe-t-il un indicateur permettant de prévoir l'arrivée d'une éventuelle seconde vague de Covid-19 ? L'augmentation du taux de reproduction R est souvent réputée pouvoir tenir ce rôle. Une mise au point de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) nuance ce point de vue [1].

R et taux de positivité des tests RT-PCR

Le R est une estimation du nombre de personnes qu'un porteur du virus peut contaminer en une semaine. Inférieur à 1, il est en faveur d'une diminution de l'épidémie. C'est ainsi qu'en France il est passé de 2,8 à 0,8 grâce au confinement. Supérieur à 1, il indique une possible résurgence de celle-ci. Il est actuellement aux environs de 1,3.

Mais il faut noter d'emblée qu'il varie beaucoup selon les régions (par exemple, fin juillet il était de 1,87 en Bretagne). De plus, il est très sensible à l'intensité des campagnes de dépistage : il a tendance à augmenter avec celle-ci.

Aussi faut-il le compléter par d'autres indicateurs pour avoir une vision plus juste de la dynamique épidémique. En particulier, il faut examiner l'évolution des taux de positivité des tests RT-PCR réalisés, complétée par celle du taux d'incidence (estimation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 rapportés au nombre d'habitants – par exemple, par département).

Un des principaux enjeux de l'épidémie étant la capacité des établissements hospitaliers à prendre en charge les cas sévères, il faut également s'intéresser au taux d'occupation des lits de réanimation par des patients atteints de Covid-19. Fin juillet, il était de 8,9%.

Clusters

D'autres éléments sont intéressants à prendre en compte : l'existence de clusters (127 fin juillet), les tensions éventuelles sur les approvisionnements en matériel médical et médicaments et la présence de particularités territoriales susceptibles de favoriser la transmission virale : manifestations, déplacements de populations, etc. L'analyse de ces dernières doit se faire en étroite collaboration avec les acteurs locaux de la prévention.

Ça n'est qu'au terme de l'examen de ces différentes variables qu'il est possible d'évoquer la probabilité d'une seconde vague et de l'adéquation de la réponse qui lui sera apportée.

Cet article a été publié initialement sur le site Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....