COVID-19 : les résultats d’une étude de phase I sur le vaccin mRNA-1273 sont prometteurs

Liz Scherer

29 juillet 2020

Europe -- Les résultats préliminaires d’un essai sur le vaccin mRNA-1273 démontrent une réponse immunitaire contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) chez tous les participants, sans préoccupations identifiables concernant la sécurité d’emploi. Ils sont publiés dans le NEJM[1]. Un essai de phase III de grande envergure sur l’efficacité du vaccin est prévu plus tard cet été.

Méthodologie

  • L’essai de phase I, à escalade de dose et ouvert avait pour objectif de déterminer la sécurité d’emploi, la réactogénicité et l’immunogénicité du candidat vaccin mRNA-1273.

  • 45 participants.

Principaux résultats

  • À la suite d’une première vaccination, les réponses en titres d’anticorps ont augmenté avec l’administration de doses croissantes et d’une seconde vaccination. 

  • Au jour 29, les titres géométriques moyens d’anticorps anti-S-2P obtenus par dosage d’immunoadsorption par enzyme liée (ELISA) étaient les suivants, en fonction de la dose reçue :

    • 25 μg : 40 227.

    • 100 μg : 109 209.

    • 250 μg : 213 526.

  • Au jour 57 :

    • 25 μg : 229 751.

    • 100 μg : 782 719.

    • 250 μg : 1 192 154.

  • Au jour 43, tous les participants présentaient une activité neutralisante sérique supérieure ou égale à 80 % au test de neutralisation par réduction des plages de lyse et au test de neutralisation après un seul cycle d’infection par un vecteur lentiviral pseudotypé (après une seconde vaccination).

  • 21 % des patients ont rapporté 1 événement indésirable ou plus et aucun événement indésirable grave n’a été signalé.

  • Les taux d’événements indésirables systémiques étaient de 54 % avec la dose de 25 μg, de 100 % avec la dose de 100 μg et de 100 % avec la dose de 250 μg. Ils comprenaient la fatigue, les frissons, les céphalées, la myalgie et la douleur au site d’injection.

Limites

  • Incapacité à évaluer la durabilité de la réponse immunitaire.

  • Posologie optimale indéterminée.

  • L’âge pourrait être un facteur limitant dans les essais de phase ultérieure : les déclins liés à l’âge de la fonction immunitaire pourraient conduire à de moins bonnes réponses au vaccin.

Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Ce résumé clinique a été publié initialement sur Univadis.fr, membre du réseau Medscape.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....