RECOVERY: mortalité réduite avec la dexaméthasone dans les formes sévères de COVID-19

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

29 juillet 2020

Oxford, Royaume-Uni — Les résultats de l’essai anglais RECOVERY (Randomised Evaluation of COVID-19 theRapY) concernant la dexaméthasone ont été publiés dans le NEJM. Ils confirment ce que de nombreux médecins ont observé sur le terrain et les annonces faites mi-juin, à savoir que ce corticoïde réduit la mortalité de 18 à 36% chez les patients Covid-19 hospitalisés avec des formes sévères nécessitant une ventilation ou une oxygénothérapie [1].

En revanche, comme ce qui avait déjà été annoncé un mois plus tôt, aucun avantage n’est apparu avec le traitement par dexaméthasone par voie orale ou intraveineuse chez les patients atteints d’une forme bénigne de la maladie n’ayant pas besoin d’assistance respiratoire. Les résultats suggèrent même un effet délétère chez ces patients.

Il s’agit du premier traitement à montrer une baisse de mortalité chez des patients atteints de Covid-19. Un autre médicament, le remdesivir (Veklury®, Gilead), semble uniquement aider à la récupération. Il a obtenu une ATUc le 15 juillet dans le traitement de la Covid-19 chez les patients oxygéno-requérants.

A limiter aux formes graves

Les résultats préliminaires concernant la dexaméthasone ont été révélés mi-juin par l’université d’Oxford, qui mène l’essai RECOVERY. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est montré enthousiaste après cette annonce et a rapidement envisagé une actualisation de ses recommandations, après avoir déconseillé initialement tout utilisation de corticoïdes dans la Covid-19.

« C’est la première fois qu’un traitement démontre sa capacité à réduire la mortalité chez les patients Covid-19 ayant besoin d’oxygène ou d’une ventilation mécanique. C’est une nouvelle formidable », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, après l’annonce des premiers résultats.

« L’OMS insiste sur le fait que la dexaméthasone ne devrait être administrée qu’aux patients souffrant d’une forme grave ou critique de la maladie et sous surveillance médicale étroite. Rien ne prouve que ce médicament agisse pour les patients ayant une forme bénigne de la maladie ou en prévention, et il pourrait même être nuisible. »

Médicament bon marché 

La dexaméthasone est un puissant anti-inflammatoire. Il s’agit d’un corticoïde peu onéreux, utilisé depuis les années 1960 dans la prise en charge de nombreuses affections, y compris des maladies inflammatoires et de certains cancers, en association avec d’autres médicaments. Il fait partie des médicaments essentiels, selon les critères de l’OMS.

Dans l’essai RECOVERY, plus de 11 500 patients atteints de Covid-19 ont été recrutés dans 175 hôpitaux du Royaume-Uni pour tester plusieurs traitements potentiels, dont la dexaméthasone à faibles doses. L’évaluation de ce médicament a concerné une cohorte de 6 425 patients, âgés en moyenne de 66 ans , dont une majorité d’hommes (64%).

Ces patients ont été randomisés pour recevoir 6 mg du corticoïde (voie orale ou injection intraveineuse), une fois par jour pendant dix jours (n= 2 104) ou des soins standards (n= 4 321). Lors de l’inclusion, 16% d’entre eux étaient intubés pour recevoir une assistance respiratoire.

Les bénéfices de la dexaméthasone apparaissent plus importants pour les patients les plus gravement atteints. Ainsi, chez ceux mis sous ventilation artificielle, le taux de décès à 28 jours est de 29,3% dans le groupe dexaméthasone, contre 41,4% dans le groupe soins standards, soit une baisse de mortalité d’un tiers en faveur du traitement (RR=0.64; IC à 95%, [0.51 à 0.81]).

Pour les patients recevant uniquement de l’oxygène, le taux de décès à 29 jours est de 23,6% avec la dexaméthasone, contre 26,2%, soit une mortalité réduite d’un cinquième (RR=0.82; IC à 95%, [0.72 à 0.94]).

D’autres traitements en cours d’évaluation

En revanche, « il n’y a pas la preuve d’un quelconque bénéfice de la dexaméthasone chez les patients qui ne nécessitaient pas d’assistance respiratoire », notent les auteurs. Le taux de décès apparait même plus élevé avec le traitement (17,8% contre 14%,  RR=1.19; IC à 95%, [0.91 à 1.55]), ce qui suggère « un possible effet nocif ».

En se basant sur ces résultats, on estime que 1 décès pourrait être évité en traitant par dexaméthasone 8 patients ventilés ou 25 patients oxygéno-dépendants.

Jusqu’à présent, en plus de ces résultats positifs pour la dexaméthasone, l’essai RECOVERY a rapporté un manque d’efficacité pour l’hydroxychloroquine et l’association d’antiviraux lopinavir/ritonavir.

L’étude se poursuit pour évaluer dans le traitement de la Covid-19, la dexaméthasone chez l’enfant, l’azithromycine, l’anticorps anti-IL6 tocilizumab ou la transfusion de plasma convalescent (provenant de malades du Covid-19 après guérison).

L’essai RECOVERY est financé par des fonds publics (université d’Oxford, National Institute for Health Research, Health Data Research UK …) et privés (Fondation Bill et Melinda Gates).

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....