Ségur de la santé : les médecins libéraux dans l’attente

Aude Lecrubier

17 juillet 2020

France -- « Finalement, c’était un Ségur de l’hôpital », a indiqué le président du Syndicat des Médecins Libéraux (SML), le DrPhilippe Vermesch, dans un communiqué [1]. Il attend maintenant des mesures pour la médecine de ville. 

« Aucune proposition n’a ainsi été faite à destination des syndicats des médecins libéraux, qu’il s’agisse de revalorisations ou d’organisation des soins. On a parlé que de l'hôpital pendant ce Ségur », souligne-t-il sur twitter.

Il y a clairement deux poids, deux mesures : « À force de dire qu’à l’hôpital, les médecins seront mieux payés, il va y avoir des appels d’air et les jeunes ne s’installeront plus en ville », s’inquiète-t-il.

Un Ségur de l’hôpital

Concernant l’hôpital, le gouvernement a signé deux accords. Le premier revalorise les rémunérations du personnel non médical de la fonction publique hospitalière, y consacrant 7,6 milliards d’euros, avec une revalorisation socle des salaires de tous les agents d’un montant de 183 euros net d’ici mars 2021 (160 euros nets mensuels pour le secteur privé dit lucratif). Le gouvernement espère ainsi relancer l’attractivité des carrières hospitalières et effectuer près de 15 000 recrutements.

Du côté des médecins, l’accord signé par trois syndicats de médecins hospitaliers porte sur une enveloppe de 450 millions d’euros pour revaloriser les émoluments des médecins de l’hôpital public. Enfin, 200 millions d’euros seront consacrés à l’augmentation des indemnités d’internat et de stage pour les étudiants paramédicaux et les internes en médecine.

En parallèle, , le ministre de la Santé a annoncé qu’il aurait d’autres mesures, non salariales qui devraient porter sur l’organisation hospitalière, la question des lits, l’organisation du travail, la formation.

Il est temps de penser aux soins de ville…

« Maintenant, il faut penser aux soins de ville. Traiter l’hôpital en abandonnant l’amont et l’aval n’aurait aucun sens », insiste le Dr Vermesch [2].

Le président du SML propose de réinjecter les 4 milliards d’euros économisés par l’Assurance maladie pendant le confinement sur la remise à niveau des actes.

« C’est indispensable, sans quoi nous assisterons, impuissants, à une fuite vers le salariat hospitalier plus avantageux », précise-t-il.

Le Syndicat des Médecins Libéraux prend cependant acte « de la main tendue aux partenaires sociaux et de la volonté de dialogue du Premier ministre ».

Autre souhait du SML : « l’ouverture rapide d’une nouvelle négociation qui permettrait de traduire les effets de la Covid dans la convention, de construire le chemin de la nécessaire revalorisation des actes, et de permettre aux médecins libéraux de retrouver les moyens de redevenir de véritables entrepreneurs de santé avec des créations d’emplois à la clé ».

 

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....