COVID-19 en Guyane : plans blancs activés et 1er ministre attendu ce week-end

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

9 juillet 2020

Cayenne, France — La Guyane étant actuellement confrontée à une hausse des hospitalisations liées à l’infection par le Covid-19, le ministère de la Santé a annoncé un soutien sanitaire renforcé, avec notamment l’envoi de personnel médical depuis la métropole. Alors que les trois hôpitaux du territoire d’Outre-Mer viennent de déclencher leur plan blanc, le Premier ministre, Jean Castex, a prévu de se rendre sur place ce dimanche.

« La situation est très tendue au centre hospitalier (CH) de Cayenne, comme dans l'ensemble des établissements hospitaliers du groupement hospitalier du territoire (Centre hospitalier de Kourou et Centre hospitalier de l'Ouest guyanais). Le pic épidémiologique est prévu dans la deuxième quinzaine de juillet et nous nous préparons à une progression importante des admissions dans les jours qui viennent », a indiqué le CH de Cayenne, à Medscape édition française.

Dans cet établissement, « une grande partie du personnel a été redéployée sur les activités Covid-19 et plusieurs unités ont été transformées en unités dédiées. Lundi, nous avons ouvert 6 lits supplémentaires en réanimation Covid ce qui ramène notre capacité en réanimation à 31 lits. » Le CH précise que 15 lits pourraient encore être ajoutés.

Evacuations vers les Antilles

En Guyane, selon les dernières données publiées, 5 459 personnes ont été contaminées par le SARS-CoV-2 depuis le début de l’épidémie. En moins d’une semaine, ce sont plus de 1 000 cas supplémentaires qui ont été déclarés. On compte actuellement 121 patients hospitalisés et 30 pris en charge en réanimation. Au total, 22 décès liés à l’infection ont été dénombrés dans ce territoire de 290 000 habitants.

L’un des derniers bilans rapporte également deux évacuations sanitaires par avion de patients atteints du Covid prévues en début de semaine vers les Antilles (Guadeloupe et Martinique), situées à 1 500 km. Ces deux nouveaux transferts viennent s’ajouter aux dix autres effectués depuis le début de l’épidémie pour soulager les services de réanimation.

Ces dernières semaines, la circulation du virus a fortement progressé dans ce département frontalier avec le Brésil, fortement touché par la pandémie. En juin, de nouvelles restrictions ont été décidées par la préfecture de la Guyane pour limiter les déplacements et durcir le couvre-feu déjà en vigueur. Tous les bars et restaurants ont depuis été fermés et un reconfinement est déjà envisagé.

« Depuis plusieurs semaines, l’activité de nos établissements (…) est bouleversée par l’épidémie de Covid-19. Les patients sont de plus en plus nombreux à avoir besoin de nous », indiquent les centres hospitaliers de Cayenne, Kourou et de l'Ouest guyanais, dans une déclaration commune. « Nous avons donc décidé conjointement d’actionner nos plans blancs respectifs ».

https://twitter.com/ArmeesGuyane/status/1280220849849720833

 

Réorganisation des services

Dans les faits, avec l’instauration de l’état d’urgence, de nombreuses mesures des plans blancs sont déjà mises en œuvre, à travers notamment la réorganisation des services ou le redéploiement du personnel. Alors que les patients « devraient être plus nombreux pendant encore deux à trois semaines », il s’agit désormais « d’utiliser tous les outils prévus dans ces plans », précisent les établissements.

« Déclencher le plan blanc permet de passer au cran supérieur et de rappeler le personnel sur des congés, mais aussi de procéder à la modification des horaires de travail. Ainsi, les personnels de nos services d'hospitalisation sont passés à une organisation en 12h », explique le CH de Cayenne.

Mercredi, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé sur BFMTV-RMC qu’il va se rendre sur place. « Je vais dimanche en Guyane. En Guyane, vous l’avez vu, ça se passe mal. Je vais dans le sens de la mission qui m’a été confiée, avec la volonté de préparer la France à une éventuelle deuxième vague, mais surtout en préservant dans cette hypothèse la vie, la vie économique, la vie sociale », a-t-il souligné.

Pour faire face à la hausse quotidienne des hospitalisations liées à l’épidémie de Covid-19, le ministère de la Santé a annoncé un peu plus tôt un renforcement du soutien sanitaire mis en place en Guyane. Ce soutien s’est déjà traduit par une hausse de la capacité de dépistage et prévoit une mobilisation supplémentaire du personnel médical de la métropole.

Des équipes « à bout de souffle »

« Plus de 130 réservistes sanitaires sont déjà pleinement opérationnels dans les différentes structures médicales guyanaises », indique le ministère dans un communiqué, qui ajoute que près de 150 professionnels de santé seront envoyés d’ici la semaine prochaine. Pour le député de Guyane Gabriel Serville, qui s’est exprimé à ce sujet dans un tweet fin juin, il faudrait « au moins 300 soignants supplémentaires ».

Ce renforcement sanitaire devrait apporter un peu de répit pour les soignants. « Nos équipes sont mobilisées depuis le début de la crise en mars et sont à bout de souffle », précise le CH de Cayenne. « Néanmoins, les besoins sont encore importants. Avec les unités ouvertes, il nous manque encore 90 infirmiers, 70 aides-soignants et 10 médecins. »

Le gouvernement a également annoncé un renfort spécialisé en réanimation, qui sera composé de « cinq médecins anesthésistes réanimateurs et quinze infirmiers » du service de santé des Armées (SSA). Ceux-ci vont appuyer les équipes hospitalières civiles de Guyane « dans les prochains jours ».

Concernant l’organisation des soins, la mise en place d’un module de sécurité civile composé de 20 lits sous tente a permis d’augmenter la capacité d’accueil du centre hospitalier de Cayenne, dans l’objectif de « soulager les équipes dans la prise en charge urgente des patients non Covid-19 ».

Nomination d’un directeur de crise

Le ministère de la Santé a, par ailleurs, nommé un directeur de crise, qui « va rejoindre dans les meilleurs délais la Guyane ». Il va exercer auprès du préfet de la Guyane et de la directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) Guyane pour « renforcer l’action des différents acteurs engagées dans la gestion de l’épidémie, et ce en lien permanent avec le centre interministériel de crise à Paris ».

« La circulation du virus en Guyane reste préoccupante. Les autorités sanitaires y sont mobilisées pour ralentir la propagation de l’épidémie, identifier les clusters et briser les chaînes de contamination », a souligné la Direction générale de la santé (DGS). Dans ce contexte, elle invite à télécharger et à utiliser l’application StopCovid qui « permet de faire gagner un temps précieux ».

En métropole et dans les autres territoires nationaux, « la situation épidémiologique est stable », ajoute la DGS, qui précise que l’attention se focalise désormais sur « l’apparition de potentiels clusters, dus notamment aux rassemblements familiaux ou festifs ».

https://twitter.com/ars_guyane/status/1279771925187887107

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....