Cas clinique : difficultés érectiles chez un homme de 58 ans

Dr Edward D. Kim

Auteurs et déclarations

9 juillet 2020

Présentation

Un homme de 58 ans, exerçant le métier de contremaître dans le bâtiment, consulte en raison de difficultés érectiles. Ce problème s’est installé de façon progressive depuis 2 ans. Actuellement, lorsque la stimulation est « suffisante » il parvient à tenir une érection avec une rigidité estimée à « environ 90 % ». Par ailleurs, il ne signale pas de difficulté à atteindre l’orgasme, ni à éjaculer.

Ce patient, monogame, vit une relation stable avec en moyenne 2 à 4 rapports sexuels par mois. À l’interrogatoire, il ne signale pas de problèmes psychologiques particuliers dans son travail qui pourraient interférer avec ses érections. Que ce soit quand il se masturbe ou le matin au réveil, il estime que la rigidité de l’érection est inchangée.

Ce patients obèse, dyslipidémique souffre d’hypertension. Il fume un demi-paquet de cigarettes et ne fait pas de sport. Depuis 5 ans, il est traité quotidiennement par une statine et un inhibiteur calcique. Il n’utilise pas de vaso-dilatateurs. Parmi ses antécédents familiaux marquants, on note des pathologies coronaires.

L’interrogatoire par appareil ne retrouve pas de douleurs thoraciques ou de dyspnée d’effort. Le patient présente des signes modérés de trouble urinaires du bas appareil, caractérisés par une diminution de la force du jet, un retard à la miction et quelques urgenturies. Pour autant, il ne se plaint pas d’une difficulté à la vidange de la vessie. Il se dit facilement fatigué, particulièrement l’après-midi, et sa libido a un peu baissé.

Examen clinique et para-clinique

À l’examen, ce patient se révèle plutôt virilisé avec des testicules de taille normale. Sa prostate est légèrement augmentée de volume mais au toucher rectal, aucun nodule ni induration n’est palpé.

L’index de masse corporelle du patient (IMC) est de 32 kg/m2, la pression artérielle de 145/90 mm Hg et le pouls de 80 battements par minute. Ses pouls pédieux sont présents.

Le taux sanguin de lipides est dans la limite supérieure de la normale, sa testostéronémie est de 345 ng/dL (pour une normale de 300 à 950 ng/dL). Les marqueurs métaboliques de base sont situés dans la norme. Un dosage de PSA avait été réalisé préalablement et il était de 2,1 ng/mL. La valeur de son hématocrite est de 45%. Un rapide examen neurologique ne retrouve pas de lésions motrices ou sensitives systématisées.

La fonction érectile estimée par le score IIEF5 est de 19.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....