Quiz express : l’anémie chez l’insuffisant cardiaque

Dr Arnold Baas, Dr Jeff Hsu

Auteurs et déclarations

13 juin 2020

Le traitement de la carence martiale s’impose chez les patients insuffisants cardiaques. La voie orale reste préférentielle pour le traitement de première intention, avec un apport de 100 à 200 mg/j de fer ferreux pendant au moins 3 mois, en raison de son faible coût et de son caractère non invasif. Néanmoins, cet apport ne corrige qu’environ 30 % des carences martiales des insuffisants cardiaques, du fait d’une mauvaise absorption digestive en lien avec l’œdème intestinal et la contre-régulation de l’hepcidine (consécutive à un état inflammatoire fréquent dans l’insuffisance cardiaque). Par ailleurs, jusqu’à 20 % des patients présentent des effets indésirables gastro-intestinaux du fer par voie orale (constipation, dyspepsie, ballonnements, nausées, diarrhées, brulures).

Le recours à la voie veineuse est donc fréquemment nécessaire, même si elle est limitée par le risque de réactions anaphylactiques. Fer sucrose (Venofer®) et fer carboxymaltose (Ferinject®) sont les deux spécialités à risque limité d’allergie (même si ce risque n’est pas nul).

Si le patient nécessite une hospitalisation prolongée ou des séjours itératifs, le fer sucrose Venofer peut être utilisé, à raison de 100 à 300 mg par injection et de 1 à 3 injections par semaine, avec 48 heures d’intervalle entre chaque injection. Dans les autres cas, il est plus aisé de recourir au fer carboxymaltose Ferinject, qui permet une administration en perfusion, dans du NaCl 0,9 %, de 500 à 1 000 mg à raison de 1 fois par semaine, la posologie totale allant de 1 000 à 1 500 mg, selon qu’une anémie est présente ou non, et selon le poids.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....