Les professionnels de santé libéraux vont être les acteurs du déconfinement

Véronique Hunsinger

6 mai 2020

Paris, France – Déjà très impliqués pendant toute la période du confinement, les professionnels de santé, médecins, pharmacien.ne.s et infirmier.e.s libéraux vont l’être de plus en plus après le 11 mai.

La réussite du déconfinement va notamment s'appuyer sur l'implication des soignants de ville, ont insisté plusieurs de leurs représentants lors d'une conférence en ligne de l'Université du change management en médecine (UC2M) jeudi 30 avril.

Les MG ont pris en charge 1,8 million de patients Covid

Cette implication va s'inscrire dans la continuité de leur présence sur le terrain depuis le début de la crise épidémique. « Nous avons réalisé une enquête auprès de médecins généralistes de notre base de données qui a révélé que ceux-ci avaient pris en charge en ville 1,8 million de patients atteints par le Covid depuis le 17 mars, a souligné le Dr Jacques Battistoni, président de MG France. Mais il nous est aussi apparu important de montrer une face cachée de cette épidémie qui est celle des patients qui décèdent à domicile ». En effet, la seconde phase de l'enquête du syndicat lui a permis d'estimer à 9 000 le nombre décès en lien avec le coronavirus chez des patients qui n'ont pas été hospitalisés. « Cette estimation devra être confirmée par l'observation de surcroit de mortalité déclarée par rapport à la même période de 2019, considère MG France. A côté des chiffres de décès à l'hôpital, en Ehpad et en établissements médico-sociaux, elle n'en constitue pas moins un intéressant élément d'appréciation de l'épidémie actuelle ».

Les spécialistes libéraux dont l'activité s'est fortement amoindrie, depuis le début du confinement, assurent avoir mis en place toutes les mesures nécessaires. « Nous avons continué à travailler mais en nous réorganisant complètement, résume la Dr Fatia Cherfioui, pédiatre et vice-présidente des Jeunes Médecins d'Ile-de-France. Nous avons notamment maintenu toutes les consultations obligatoires en particulier pour pouvoir pratiquer les vaccinations. En revanche, pour les enfants malades, nous avons essayé, à chaque fois que c'était possible, de téléconsulter ».

Les pharmaciens se sont mis à la livraison à domicile

Les pharmaciens estiment également avoir été au rendez-vous. « Nous avons assuré la continuité des soins pour permettre aux patients de ne pas être en rupture de traitement, en lien avec les médecins traitants, a fait valoir Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (Uspo). Nous avons assuré les gardes, réorganisé nos officines pour protéger nos patients et nos équipes ». Les pharmacies ont également assuré des livraisons de médicaments à domicile pour les patients âgés ou fragiles : entre quatre et cinq fois par jour et par officine, selon l'Uspo. « Nous avons également eu à gérer nos difficultés d'approvisionnement, ajoute Gilles Bonnefond. Nous avons ainsi limité les délivrances de paracétamol ainsi que celle de Plaquenil®  (hydroxychloroquine) au cadre des indications de l'autorisation de mise sur le marché ».

Les libéraux, acteurs à part entière du déconfinement

A présent, les professionnels de santé libéraux, en particulier les médecins généralistes et les infirmières libérales, vont être particulièrement mis à contribution pour négocier le tournant du déconfinement. « Nous avons craint que pour le déconfinement tout soit à nouveau géré à l'hôpital, comme aux débuts de l'épidémie, raconte le Dr Battistoni. Mais nous avons obtenu d'être des acteurs à part entière de cette phase qui va débuter la semaine prochaine grâce notamment à la présence au sein du Conseil scientifique du Pr Pierre-Louis Druais », ancien président du Collège de la médecine générale désormais membre du collège de la Haute autorité de santé (HAS). « Les généralistes vont réaliser des sortes de consultation d'annonce avec leur patient qui auront eu un diagnostic clinique et biologique de Covid-19 afin de faire le point avec eux sur la manière de les isoler pour protéger leurs entourage proche et remonter avec eux leurs cas contacts afin que ceux-ci puissent être testés » explique le Dr Battistoni.

Pendant la période de déconfinement, les soignants de ville vont également avoir un rôle pédagogique important auprès de la population. « Le déconfinement peut être une période très dangereuse notamment pour les personnes fragiles, estime Félix Ledoux, président de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi). Nous pensons que les infirmiers libéraux vont avoir un rôle important pour encourager aux gestes barrières ». Un point de vue partagé par les pharmaciens. « Il faudra insister et apprendre aux personnes fragiles à porter un masque » a ajouté Gilles Bonnefond.

« Cette capacité pédagogique de transmettre un civisme sanitaire à toute la population est très importante, a abondé le Pr Jean Sibilia, président de la Conférence des doyens des facultés de médecine, chef de service de rhumatologie à Strasbourg. Cette expérience confirme qu'il faut absolument casser l'étanchéité entre la ville et l'hôpital ».

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....