Revue de presse en cardiologie

Les articles en cardiologie à découvrir cet été

Dr Walid Amara

Auteurs et déclarations

27 juillet 2020

LA SÉLECTION DU MOIS DE JUILLET 2020

Walid Amara a sélectionné quatre articles publiés en juin-juillet 2020 : Embolie pulmonaire chez les patients Covid, récurrences post-ablation de FA en fonction de la durée, thérapie cellulaire pour arrêter des arythmies, et utilisation des réseaux sociaux et e-learning chez les étudiants en sciences. 

TRANSCRIPTION

  1. Embolie pulmonaire chez les patients Covid : grand « big up » aux jeunes collègues cardiologues du Collège des Cardiologues en Formation qui ont réussi à sortir ce papier, qui est déjà en ligne, dans le European Heart Journal[1]. C’est une étude de cohorte multicentrique, Charles Fauvel en est le premier auteur et Théo Pezel le dernier auteur. Ce sont donc des jeunes qui sortent ce papier qui concerne 1200 patients hospitalisés pour un Covid dans des centres français. Ils ont regardé les survenues des embolies pulmonaires. Résultats : Il y avait un taux de 8,3 % d’embolies pulmonaires. Ce qui est intéressant ici, c’est que les facteurs de risque classiques de survenue d’embolie pulmonaire ne sont pas des facteurs prédictifs de survenue d’embolie pulmonaire dans cette population Covid, et que les facteurs prédictifs de survenue étaient d’autres facteurs : le sexe masculin, la CRP, le délai entre les symptômes et l’hospitalisation ; et les facteurs protecteurs étaient le recours à une anticoagulation prophylactique ou thérapeutique. Voir : Morts subites hors hôpital en période COVID-19 : 23 % liées à des embolies pulmonaires proximales

  2. Récurrences post-ablation de fibrillation atriale (FA) en fonction de la durée : Le 2e article, publié dans le JAMA  [2] , évalue, à partir d’une étude randomisée, les récurrences post-ablation de FA en fonction de la durée des épisodes. C’est une enquête qui est tirée de l'étude randomisée CIRCA-DOSE [NCT01913522 ]  qui avait comparé deux durées d’ablation avec les cathéters irrigués (mais ce n’est pas l’objet de l’étude d’aujourd’hui). Cela concernait 346 patients, et le facteur prédictif de moins de récidives était la durée de la FA de moins de 24 h. Résultats : Ils montrent, dans ce papier, que l’élément le plus important est la durée de la FA de moins de 24 h, et que finalement, même la classification, où on disait « une FA paroxystique, c’est une FA de durée de moins de sept jours », est en fait une classification qui n’est pas discriminante. Le plus important, donc, est le fait que la FA dure moins de 24 h.

  3. Auto-restauration du rythme cardiaque par déclenchement anti-arythmique des canaux ioniques : voici une autre étude qu’on ne lirait pas naturellement. Je suis tombé dessus en lisant un éditorial de la revue Nature [3], de Fernández-Ruiz, qui reprenait un article très compliqué à lire d’une équipe expérimentale belge  [4] sur la thérapie cellulaire. Résultats : Les chercheurs montrent qu’on peut impacter les canaux ioniques pour modifier la dépolarisation des myocytes et arrêter des arythmies, notamment des arythmies atriales ou des arythmies ventriculaires. Donc c’est un article complexe, mais qui montre que, peut-être, ce qu’on fait aujourd’hui en mettant des pacemakers, en réalisant des ablations et en mettant des défibrillateurs etc… changera. Si on se projette dans vingt ans, avec de la thérapie génique, de la thérapie cellulaire, on pourrait faire autrement – injecter des cellules qui permettent la dépolarisation pour traiter, par exemple, une bradycardie, impacter les troubles du rythme pour pouvoir les arrêter. Donc c’est intéressant, pour se cultiver dans cette période estivale.

  4. Réseaux sociaux et e-learning chez les étudiants en sciences : Nous sommes passés par des périodes de confinement et nous avons changé notre manière de consommer l’information. Dans un article, L. Rigamonti[5] s’intéresse à l’utilisation des réseaux sociaux et du e-learning par les étudiants. Résultats : il montre que, certes, les étudiants utilisent à 77 % PubMed et à 67 % les journaux en accès gratuit, mais 66 % utilisent YouTube et 63 % Wikipédia. Ils sont demandeurs de PowerPoint, de scripts, d’articles scientifiques et de pouvoir accéder à l’information en ligne, idéalement gratuitement. C’est un article très intéressant sur notre manière de consommer l’information.

Je vous souhaite, à tous, un bon été, une bonne pause estivale, et j’espère que la rentrée se passera bien pour tout le monde. À bientôt !

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....