POINT DE VUE

Unités et soignants en première ligne à la Pitié-Salpêtrière – Le point avec G. Montalescot

Dr Gilles Montalescot

Auteurs et déclarations

31 mars 2020

Paris, France ― « Nous travaillons, le nez dans le guidon en attendant que l’orage passe, et nous essayons de sauver le plus de gens possible. »

Le Pr Gilles Montalescot, chef du service de cardiologie de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, à Paris, fait le point sur la situation de ce jour : 400 patients COVID hospitalisés et près de 150 en réanimation, ouverture de nouvelles unités, formation accélérée du personnel et l’appréhension face aux jours à venir…

TRANSCRIPTION

Quelle est la situation aujourd’hui à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière?

Dans le contexte de cette épidémie COVID-19, nous avons maintenant plusieurs régions touchées en France, et la plus touchée aujourd’hui en nombre de cas est celle de l’Île-de-France, donc de Paris. Nous sommes le plus gros hôpital de cette région et nous sommes en première ligne.

Nous avons, ce jour, quasiment 400 patients COVID hospitalisés à la Pitié-Salpêtrière. Près de 150 patients COVID sont en réanimation. Nous ouvrons des unités qui ne sont pas des unités de réanimation, mais des unités intermédiaires, pour faire de la ventilation non invasive, et quand c’est nécessaire, invasive, avec toutes les difficultés liées au fait que ce sont des départements qui ne sont pas faits pour ça.

Très tôt nous avons pris, ici, la mesure du problème et nous nous sommes organisés : la première chose a été de faire deux chemins séparés pour les patients COVID+ et les patients COVID–, les suspicions de COVID étant classées dans les COVID+. Nous avons une salle de cathétérisme qui permet de faire toutes les angioplasties, mais aussi la rythmologie d’urgence pour les patients COVID. Nous avons une USIC qui est dédiée aux patients COVID, nous avons une salle entière de patients COVID, et nous sommes en train d’ouvrir, aujourd’hui, ce qui était la salle de réveil de la salle de cathétérisme, celle où les patients passent habituellement, mais où il y a des scopes et de l’oxygène ; nous sommes en train d’ouvrir une salle commune pour mettre des patients COVID à ventiler, donc nous n’aurons plus de salle de réveil du cathétérisme.

Nous allons également ouvrir 30 lits supplémentaires à la fin de la semaine pour des patients COVID. C’est-à-dire que dans mon service de cardiologie, nous allons avoir près de 60 lits pour des patients COVID, qu’ils aient ou non d’ailleurs de comorbidités cardiaques. Ceux qui ont des comorbidités cardiaques ont un gros bénéfice de venir dans les services de cardiologie parce que je pense qu’ils sont mieux pris en charge sur ces comorbidités.

Le nombre de lits augmentent : aurez-vous vous suffisamment de soignants?

C’est très compliqué. Nous avons des formations d’infirmières qui ne faisaient pas de réanimation avant et qui vont en faire demain matin… Nous avons des volontaires qui viennent nous aider et que nous formons, il y a des médecins de province qui montent sur Paris pour nous prêter main forte. Des médecins de Nantes vont arriver aujourd’hui pour nous renforcer dès demain.

Tout le monde a allongé ses horaires de travail : nous n’avons plus de week-ends, nous restons à l’hôpital jusqu’à 23 h le soir pour que la garde soit la plus courte possible, et bien évidemment, nous nous s’adaptons. Nous travaillons, le nez dans le guidon en attendant que l’orage passe, et nous essayons de sauver le plus de gens possible.

 
Nous travaillons, le nez dans le guidon en attendant que l’orage passe, et nous essayons de sauver le plus de gens possible.
 

Comment anticipez-vous les prochains jours?

Je pense que cette semaine va être très difficile, nous nous approchons du pic — et ce n’est pas parce qu’on aura passé le pic, d’ailleurs, que cela va se calmer.

Nous allons continuer sur un fond d’activité très intense pendant, à mon avis, tout le mois d’avril. Et nous espérons, à un moment donné, pouvoir respirer et récupérer une vie, si ce n’est normale, en tout cas différente de celle que nous vivons actuellement.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....