POINT DE VUE

L’appel du 12 mars 2020 : « Plus de 70 ans s’abstenir »

Dr Jean-Pierre Usdin

18 mars 2020

Le président l’a dit devant près de 25 millions de téléspectateurs [1]« …il est conseillé aux personnes âgées de 70 ans ou plus, de ne pas sortir de chez elles, seulement en cas [d’absolue] nécessité… ». « Ca y est, je suis stigmatisé », pense Max écoutant la radio ! Je suis devenu un patient. Sentence reprise en boucle le soir même, le lendemain par les médias de toutes sortes « les personnes de plus de 70 sont invitées à rester chez elles… »

Et pourtant non : pas question qu’on l’empêche de faire ses consultations ! Quotidiennement, il est allé à vélo au bureau pendant les huit semaines de grève des transports, il va poursuivre vaillamment.

Un avant et un après « L’Appel du 12mars » : un brutal coup de vieux

Max est en semi-retraite depuis trois ans. Cardiologue, il a continué ses consultations en cabinet privé tous les matins. Parmi ses patients fidèles certains lui demandent : combien de temps allez-vous continuer à exercer ? Avant l’appel du 12 mars, il avait l’habitude de répondre « Tant que mon cerveau me permet de faire des mots croisés et que mes jambes m’autorisent à venir en métro… »

Le métro justement, il le redoute en ce vendredi 13 mars son parcours. Quels regards les autres usagers vont-ils porter sur lui ? La famille a beau dire, il les a et il les fait. Comment vont réagir les passants dans la rue, les usagers du métro en le voyant dehors ? Part-il au travail ? Ce n’est pas prudent de sortir à son âge, le président et les journalistes l’ont pourtant assez répété ! C’est un mauvais citoyen. Place aux jeunes ! Restez chez vous.

Mettre un masque pour cacher les rides (que n’a-t-il laissé pousser la barbe qui efface cette partie du visage s’affaissant irrémédiablement ?) mais le masque le mettrait encore plus à l’index !

70 ans : une tare, mieux une comorbidité !

Lors d’une conférence pour préparer l’internat, il y a un demi-siècle, son conférencier l’avait repris sur la façon de rédiger (à l’époque lors du concours toutes les questions étaient rédigées et chacune lue au jury) « … forme clinique du patient ayant une tare : âge, diabète, insuffisance cardiaque… » son mentor l’avait arrêté au milieu de sa phrase « N’utilise pas ce terme tare il y a forcément un des membres du jury qui est âgé, diabétique ou cardiaque, il va se vexer et cela risque de te coûter des points…» Les temps ont changé, aujourd’hui on parle de comorbidités ! Max est donc comorbide, lui qui s’astreint à nager trois ou quatre fois par semaine aux aurores !

Délit de vieille gueule

Le métro est là, ouf ! il y a une place assise disponible vers laquelle il se précipite. Le parcours n’est pas long mais cela lui évite d’affronter le regard compatissant d’une jeune femme (ce sont le plus souvent les femmes jeunes) qui lui propose son siège. Oui, depuis plusieurs mois, années, charitables elles lui offrent de s’assoir dans les transports en commun. Pas quand le wagon est bondé, quand il aimerait vraiment s’assoir, non ! quand les voyageurs sont clairsemés.

Max est assis, il fixe les autres passagers en majorité des jeunes… de moins de 70 ans. Un homme un peu plus loin à gauche il y un homme. Cette femme assise en face de lui. Ils sont au moins trois dans la rame. Quelle absolue nécessité ont-ils à être là ?

La consultation du vendredi 13 mars

Il a deux nouveaux patients qui ont pris leur RV sur la plateforme en ligne. Ils ont donc vu sa photo, et, en principe, ils ne seront pas étonnés. Il déjà affronté « Ah ! votre photo vous rajeunit » Cette fois, il n’est pas sûr de sourire. Les autres patients sont des fidèles, pas de problème.

Take Home Message 

On retient 70 ans comme marqueur du début de faiblesse, Classe I Niveau C, c’est un consensus des milieux autorisés, mais aucun essai contrôlé randomisé [2].

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....