Permanence des soins ambulatoires : la participation des médecins reste fragile

Philippe Anaton

21 février 2020

France -- Comme chaque année, le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) publie son bilan de la permanence des soins ambulatoires (PDSA), qui montre que la participation des médecins à la PDSA demeure fragile. « Bien que l’on puisse observer une hausse précaire du nombre de médecins régulateurs libéraux (exclusivement liée à la hausse de la participation des médecins retraités, salariés ou remplaçants) ainsi qu’une légère baisse du nombre de territoires couverts par moins de 5 médecins volontaires (résultante possible des resectorisations), il apparaît toutefois que le taux de participation des médecins à la PDSA a baissé au niveau national » écrit le Cnom. Qu’il soit lié à la démographie médicale (faiblesse de la densité médicale et vieillissement des médecins en exercice) ou à la démobilisation des médecins libéraux, le manque de médecins demeure le principal facteur de fragilisation de l’organisation de la PDSA. Les modalités organisationnelles (resectorisations, facteurs géographiques et manque de moyens) ont également pu être soulevées comme facteurs fragilisant l’organisation de la PDSA. 

Volontariat : baisse de 0,5 point par rapport à l'an dernier

En 2019, le taux de volontariat des médecins libéraux a baissé de 0,5 point par rapport à l'an dernier, pour s'établir à 38,1%. « On dénombrait ainsi 24 258 médecins volontaires pour 63 551 médecins susceptibles de participer à la PDSA », note les rapporteurs du Cnom.

Le taux de volontariat minimum est atteint à Paris avec 5% et le taux maximum dans le département des Vosges avec 82%.

Un taux de volontariat bas n'est pas synonyme d'une mauvaise prise en charge de la PDSA, précise le Cnom. Ainsi, dans les grands centres urbains comme Paris, « la présence d’associations de type SOS Médecins conduit à un taux de participation relativement faible sans pour autant que les tableaux de garde peinent à être complétés ». En revanche dans des départements où le taux de volontariat est élevé, comme l'Eure-et-Loire (28) ou encore la Charente (16), on assiste à des réquisitions fréquentes de médecins, signe que la PDSA est relativement fragile et désorganisée.

Régulation médicale : effective dans la quasi-totalité des départements

Au chapitre de la régulation médicale, la participation était effective dans la quasi-totalité des départements, « hormis en Lozère, dans les Ardennes, sur le territoire de Belfort, en Guyane et en Mayotte qui ne disposent toujours pas de régulation libérale organisée ». Néanmoins, la baisse de la participation des médecins libéraux installés à la régulation médicale était de 3,8% en 2019 par rapport à 2018. En revanche, si l'on compte les médecins retraités actifs, salariés et remplaçants, le nombre de médecins régulateurs en 2019 marque une hausse de 0,6%.

Hausse du nombre de femmes et des jeunes

Qui sont les médecins participant à la PDSA ? Majoritairement des hommes : à 69% pour les régulateurs et 59% pour les effecteurs. Mais la part des femmes est en hausse : de 1% pour les médecins régulateurs, et de 2% pour les effecteurs. Comme l'an dernier, l'âge moyen a tendance à baisser, passant de 47,4 ans en 2018 à 47 ans en 2019. « On note une légère augmentation de la part des médecins de moins de 35 ans et des médecins entre 35 et 59 ans », indique le Cnom. 89% des médecins participant à la PDSA sont des médecins généralistes libéraux, 1% sont des médecins salariés en centres de santé, et 6% des médecins remplaçants exclusifs. « En 2019, les effecteurs remplaçants étaient majoritairement des étudiants », à 55%. Pour ce qui est des réquisitions, les préfets en ont prononcé dans 15 départements, soit 7 de moins qu'en 2018.

89% des médecins participant à la PDSA sont des médecins généralistes libéraux.

Augmentation de l’effection fixe

Autre tendance de cette année 2019 : l'augmentation de l'effection fixe, dans les maisons médicales de garde, les centres d'accueil et de permanence des soins (CAPS), les centres de consultation gérés par les associations de PDSA. 85% des départements comptent aujourd’hui un ou plusieurs sites dédiés à l’effection fixe. « Au 31 décembre 2019, 464 MMG et points fixes de consultation en horaires de PDSA étaient dénombrés sur l’ensemble du territoire, c’est 10 de plus qu’en 2018 (soit un taux de croissance annuel moyen de 3,9%) », note le Cnom. Cette tendance à la hausse des sites dédiés devrait perdurer, « notamment suite à l’annonce gouvernementale de la création de MMG à proximité de tous les services d’accueil d’urgences de plus de 50 000 passages par an dans le cadre du pacte de refondation des urgences ».

Le montant des effections a aussi été revalorisé en 2019 dans 18 départements. Ces montants étaient compris entre 50 euros et 200 euros pour l'effectif fixe, et entre 50 euros et 420 euros pour l'effection mobile. À noter que le nombre de territoires de PDSA comportant moins de 5 médecins volontaires est en baisse de 2%, passant de 270 à 243. « La baisse du nombre de territoires couverts par 5 médecins volontaires ou moins peut en partie s’expliquer par les resectorisations mises en œuvre en 2019 qui ont permis d’augmenter le pool de médecins participants par le regroupement de plusieurs territoires », explique le Cnom.

 

Comment calculer le taux de participation à la PDSA ?

« Le mode de calcul définit a été le suivant :

- Médecins ayant participé à la PDSA en 2019 (numérateur) : médecins ayant été inscrits à au moins une garde (effection et/ou régulation) au cours de l’année 2019 en tant que titulaire ou remplaçant et ayant ou non réalisé une garde ;

- Médecins susceptibles de participer à la PDSA en 2019 (dénominateur) : ensemble des médecins ayant une activité libérale de titulaire de cabinet, de collaborateur ou d’associé de Société d’exercice libéral (SEL) ou de Société civile professionnelle (SCP), de régulateur, une activité de remplacement libéral, une activité en centre de santé. Les médecins exemptés sur l’ensemble de la période apparaissant dans cette base ont été exclus. » Le Cnom souligne par ailleurs que les données ne sont pas exhaustives car elles portent sur 89 départements.

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....