POINT DE VUE

Plus de colposcopies avec les nouveaux tests HPV : sommes-nous prêts ?

Pr Xavier Carcopino

Auteurs et déclarations

10 février 2020

TRANSCRIPT

Paris, France— Je suis le Pr Xavier Carcopino, Vice-Président de la Société Française de Colposcopie (SFCPCV), nous sommes actuellement au congrès Paris-Santé Femmes où la SFCPCV est en train de mener sa session.

Un des sujets importants qui a été abordé ce matin est de la mise en place du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus et les nouvelles recommandations de dépistage de la HAS, notamment l’introduction du test HPV dans le dépistage.

Une des questions qui se pose et un des enjeux de ce changement de paradigme dans le dépistage est qu’en passant au test HPV, nous allons très certainement augmenter le besoin en colposcopies et augmenter le nombre de patientes qui vont avoir besoin d’une colposcopie.

Cela s’explique de la manière suivante. Avant, avec les frottis, on pouvait s’attendre à environ 4 % de frottis anormaux. Or, en passant au test HPV entre 30 et 65 ans tous les 5 ans, on peut s’attendre à ce que 12, 15 voire 20 % des patientes soient HPV positives et soient amenées à avoir des examens d’exploration.

HPV+ : pas de colposcopie en première intention

Je rappelle que ces femmes HPV+ ne devront pas avoir de colposcopies en première intention. Elles auront d’abord une cytologie, un frottis qui sera fait sur le prélèvement en phase liquide  initial ayant servi au test HPV.

 
Si nous envoyons toutes les patientes HPV+ en colposcopie, nous allons nous retrouver en difficulté. Pr Xavier Carcopino
 

Ce sont uniquement les patientes HPV+ ayant une cytologie anormale qui seront adressées en colposcopie. On peut imaginer que cela représentera autour de 5 à 7% des patientes.

En pratique, on peut imaginer que les femmes qui auront un test HPV+ et un frotti normal auront encore un test HPV de contrôle positif l’année d’après et ce sont ces patientes qui vont augmenter le nombre de colposcopies.

Le point très important est que les médecins se préparent à cette situation, qu’ils se forment à ces recommandations pour les appliquer de la façon la plus rigoureuse possible.

Si nous envoyons toutes les patientes HPV+ en colposcopie, nous allons nous retrouver en difficulté.

Notre travail, en tant que société savante, est d’informer les professionnels, de les préparer à cette situation, de former des colposcopistes pour être en mesure de répondre à cette demande, d’offrir les soins les plus adaptés à nos patientes et d’éviter une prise en charge inadaptée.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....