Miel, huiles essentielles, asticots : peuvent-ils aider à la prise en charge des plaies ?

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

19 décembre 2019

Paris, France — La prise en charge des plaies chroniques est complexe car elle doit associer le traitement de la cause à celui de la plaie.

Au côté des traitements locaux de référence à base de pansements hydrogels, semi-occlusifs ou occlusifs, des thérapeutiques alternatives sont souvent citées pour leurs vertus. Mais de quelles preuves dispose-t-on ?

Au cours d’une session intitulée « Mythes et réalités dans la prise en charge des plaies », lors des Journées Dermatologiques de Paris , le Dr Juliette Fontaine (Paris) a fait le point sur l’état des connaissances concernant quelques une de ces techniques/produits comme le miel, les huiles essentielles, les asticots, l’oxygène hyperbare, ou même la réalité virtuelle et l’hypnose  [1].

La thématique est d’autant plus importante que les plaies chroniques sont en constante augmentation en raison du vieillissement de la population.

Les propriétés intéressantes du miel

Utilisé dans l’Egypte Antique ou dans la médecine ayurvédique ou chinoise, le miel présente plusieurs propriétés qui suggèrent un intérêt dans le traitement des plaies.

En effet, le miel est constitué de nombreux composés qui ont des propriétés antibactériennes et immunomodulatrices. Aussi, il a un pouvoir osmotique faible qui empêche les bactéries d’utiliser l’eau et a un PH acide qui ne convient pas aux microbes.

En France, un miel « thérapeutique » de thym est utilisé depuis les années 1980, dans le service de chirurgie digestive du CHU de Limoges pour soigner certaines plaies. Ce miel médical est stérilisé, car le miel peut contenir des germes de clostridium botulinium.

Toutefois, plus globalement, « s’il existe différents pansements à base de miel, disponibles mais non remboursés, nous n’avons pas l’habitude de les utiliser », a indiqué le Dr Fontaine.

Que dit la littérature ?

Une revue Cochrane de 2015 [2] s’est penchée sur l’intérêt du miel thérapeutique dans le traitement des plaies aigues et chroniques. Elle a recensé 26 essais randomisés (n≈3000 patients) comparant le miel soit au traitement standard, soit à la sulfadiazine argentique (en particulier dans les brûlures).

Les auteurs concluent qu’il n’est pas possible de tirer des conclusions globales concernant les effets du miel comme traitement topique des plaies en raison de la nature hétérogène des populations incluses dans les essais, des comparateurs étudiés et de la qualité généralement faible des preuves.

Toutefois, ils notent que le miel semble guérir les brûlures d'épaisseur partielle plus rapidement que le traitement conventionnel (qui comprenait un film de polyuréthane, de la gaze de paraffine, de la gaze imprégnée de soframycine, du linge stérile en laissant les brûlures exposées) et les plaies post-opératoires infectées plus rapidement que les antiseptiques et la gaze.

Huiles essentielles : attention prudence

En France, les huiles essentielles sont utilisées dans certains centres de soins, en gériatrie et en oncologie en diffusion ou en massage pour apaiser et faciliter le sommeil et en Allemagne, elles sont utilisées en prévention des escarres.

Dans la prise en charge de plaies chroniques, ce qui est recherché se sont les propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires, antalgiques, analgésiques, décongestionnantes, désodorisantes et cicatrisantes qui concernent un peu moins d’une vingtaine d’huiles essentielles, explique la dermatologue.

« Les aromathérapeutes ont fabriqué une base de 7 huiles essentielles dotées de ces propriétés qu’ils associent avec du miel, de l’argile ou d’autres huiles essentielles. Certains appliquent la préparation sur l’ulcère ou l’escarre jusqu’à cicatrisation », précise-t-elle.

« Cependant, il n’y a pas de preuves scientifiques de l’intérêt de ces préparations à base d’huiles essentielles, pas d’études qui évaluent leur efficacité dans le traitement des plaies. Pour ma part, je ne les recommande pas car il y a des effets indésirables cutanés qui ne sont pas rares et qui sont parfois graves », indique le Dr Fontaine.

L’oratrice préconise d’éviter les huiles qui sont dermocaustiques, allergisantes et photosensibilisantes et de ne pas appliquer sur les peaux hypersensibles ou allergiques.

Effets indésirables cutanés et généraux des huiles essentielles

« Les huiles essentielles ont des effets indésirables cutanés et généraux qui commencent à être connus », a indiqué l’intervenante.

Effets cutanés :

  • Rapportés avec l’huile de tea tree. : allergie immédiate systémique, dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, eczémas de contact avec polysensibilisation à d’autres allergènes végétaux.

  • Rapportés avec la lavande officinale et la menthe poivrée : eczémas de contact.

  • Rapportés avec la prise orale de lentisque pistachier : pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG).

Effets généraux : propriétés abortives pour certaines huiles, cas de neurotoxicité, néphrotoxicité et hépatotoxicité.

Pas grand-chose de nouveau du côté de l’asticothérapie

« Il n’y a pas grand-chose de nouveau concernant les asticots », a indiqué le Dr Fontaine qui souligne qu’il s’agit d’une technique de référence pour la détersion en Angleterre, aux Etats-Unis et dans les pays scandinaves.

« En France, on ne l’utilise qu’à l’hôpital car il n’y a pas d’AMM. Les asticots sont utilisés dans le cadre d’ATU nominatives », précise-t-elle.

L’asticothérapie ou larvothérapie

Les larves utilisées sont celles de la mouche verte commune, Lucilia sericata, qui sécrète des enzymes qui détruisent et liquéfient les tissus nécrosés et la fibrine et qui réabsorbent les sécrétions tout en ne s’attaquant qu’aux tissus morts.

Les asticots sont appliqués directement sur la plaie ou dans des sachets en nylon en ayant pris soin de protéger la peau périphérique avec un hydrocolloïde. Les larves doivent être humidifiées avec un peu de sérum physiologique tous les jours. Les pansement sont changés tous les 2 à 4 jours et laissés en place une semaine.

En France, certains patients ont une réticence psychologique et la technique est parfois décrite comme douloureuse.

La littérature offre quelques études sur le sujet.

L’une d’elle, randomisée, a comparé les asticots aux hydrogels pour le débridement des ulcères de jambes [3]. Il en ressort que la détersion est plus rapide avec les asticots, mais sans différence de vitesse de cicatrisation. Le coût et la qualité de vie sont les mêmes.

En parallèle, une étude contrôlée randomisée réalisée à Caen et à Lyon a comparé la détersion avec la larvothérapie versus les soins conventionnels auprès de 119 patients hospitalisés pendant deux semaines pour une plaie non cicatrisante, avec la formation d'une escarre de 40 cm2 et de 2 cm de profondeur maximum (ulcères veineux au niveau des jambes) [4].

L’étude montre que la détersion est plus rapide à J8 avec la larvothérapie mais pas à J15. Les auteurs recommandent donc d’utiliser la larvothérapie uniquement pendant une semaine puis de poursuivre avec un pansement conventionnel. Ils notent également que la larvothérapie est probablement plus sûre que les soins conventionnels car elle ne varie pas en fonction du soignant qui réalise le débridement de la plaie.

Dans les plaies du pied diabétique, 4 études ont comparé asticots et traitement standard. Une méta-analyse de ces 4 études [5] montre que les asticots semblent légèrement plus efficaces que le traitement standard mais « les différences sont trop faibles pour les recommander en pratique courante », indiquent les auteurs.

L’oxygénothérapie hyperbare ?

« Le but de l’oxygénothérapie hyperbare est d’apporter une quantité importante d’oxygène dans les régions mal vascularisées en faisant respirer de l’oxygène pur à 2,5 fois la pression atmosphérique dans des chambres hyperbares collectives ou individuelles », a indiqué le Dr Fontaine.

Elle précise que « l’oxygénothérapie hyperbare est souvent pratiquée près de la mer dans les centres qui disposent déjà de caissons hyperbares pour traiter les accidents de plongée ».

Dans les plaies chroniques, une méta-analyse a recensé 12 essais contrôlés randomisés sur le sujet [6], 11 sur les plaies du pied diabétique et une sur les ulcères de jambes veineux. En association avec les traitements conventionnels et dans le cadre de la prise en charge pluridisciplinaire, cette méta-analyse indique que l’oxygénothérapie hyperbare améliore la cicatrisation complète à court terme mais pas à long terme pour le pied diabétique uniquement (faible niveau de preuves).

De son côté, la HAS a retenu comme indication de l’oxygénothérapie hyperbare pour les plaies chroniques :

  • ulcères ou gangrènes ischémiques chez les patients diabétiques en ischémie critique chronique, sans possibilité de revascularisation ou persistant après vascularisation optimale;

  • ulcères ou gangrènes ischémiques chez les patients non diabétiques en ischémie critique chronique, sans possibilité de revascularisation ou lésions persistant après revascularisation optimale [7]. La HAS n’a pas retenu comme indications les ulcères veineux non infectés, les plaies secondaires ne cicatrisant pas (autres que diabétiques, ischémiques), et les escarres de décubitus.

En pratique, l’institution recommande de faire deux séances de 90 minutes par jour à 2,5 fois la pression atmosphérique et 20 à 40 séances au total.

Réalité virtuelle et plaies chroniques : une action sur les douleurs

« La réalité virtuelle, l’hypnose, et toutes autres méthodes de relaxation peuvent avoir leur place dans le traitement des plaies pour limiter la prise d’antalgiques », selon l’oratrice.

« Concernant la réalité virtuelle, il n’y a pas d’études mais il n’y a pas d’effets secondaires. Il y a moins de douleurs et d’anxiété pendant et après une expérience de réalité virtuelle donc on peut utiliser des casques de réalité virtuelle où on va essayer de détourner l’attention de la douleur avec de images, avec des éléments relaxants pour capter l’attention et apaiser…Il y a quelques start up qui proposent ces casques moyennant un certain prix », souligne-t-elle.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....