Mobilisations des internes : l'Isni signale des entraves au droit de grève

Aude Lecrubier

13 décembre 2019

France—Le 10 décembre dernier, les internes ont entamé une grève illimitée qui a mobilisé plus de 60 % d’entre eux, selon les chiffres de de l'Intersyndicale nationale des internes (Isni), à l’origine de l’appel. Une mobilisation impressionnante, qui dérange... « Une centaine d’assignations abusives ont été réalisées », condamne l’Insi, qui ne compte pas en rester là.

La grève continue

Faute de réponse du ministère aux revendications des internes, la grève continue.

« La grève est illimitée. Nous allons amplifier crescendo la mobilisation », indique l’Isni.

La grève des gardes et des astreintes se poursuit donc les 11 et 12 décembre, et de nouvelles manifestations sont attendues pour le 13 décembre, un « Black Friday des internes ».

Enfin, les internes participeront au mouvement national le 17 décembre pour la sauvegarde de l'hôpital, aux côtés des collectifs inter-urgence et inter-hôpitaux, ainsi que des syndicats de personnels hospitaliers.

Une mobilisation sous pression

Reste qu’une certaine pression semble s’exercer sur les internes pour les remettre au travail. En témoignent ces tweets postés le 10 décembre :

« Un interne a reçu la visite d’un huissier ce soir pour venir travailler en temps de grève. Quid des libertés fondamentales et du droit de grève ? Pourquoi n’assigne-t-on pas les seniors une nuit comme le veut la loi? » (Reynaud Lucas, interne en médecine d'Urgence à Lyon, président du SAIHL).

« Dans un service de chirurgie de CHU que je connais, le professeur et tous les seniors ont menacé les internes de retombées s’ils faisaient grève. Les internes ont néanmoins tenu. Négation du droit de grève ... qui justifie à lui seul la grève. »  (Réanimumab, jeune médecin, médecine interne et réa).

Une centaine d’assignations abusives ont été réalisées Isni

Pourtant, « étant praticiens en formation, nous ne sommes pas légalement indispensables au fonctionnement des services. Nous ne sommes assignables qu’après l’ensemble des autres médecins et la réquisition n’est réalisée que par le préfet pour des besoins de police », indique l’Isni qui précise : « nous attaquerons systématiquement toutes les assignations illégales. […] Nous les cassons par notre avocat puis nous attaquerons en justice les hôpitaux qui devront payer des pénalités. Il s’agit d’entrave au droit de grève. »

L’Isni ajoute que les médecins seniors les soutiennent. « Les médecins seniors non-grévistes vont reprendre l’activité des grévistes. Nous assurerons ainsi les soins minimums, les soins non urgents ne seront pas réalisés. Les hôpitaux seront encore plus en tension mais nous n’avons plus le choix, l’hôpital est en train de craquer ».

Quelles sont les revendications des internes ?

Dans plusieurs communiqués diffusés tout au long du mois de novembre, l'Isni a fait connaitre ses revendications :

- Participation aux décisions sur « la construction de la réforme des études » avec refus de la procédure de « big matching » pour 2020.;

-- Le maintien des règles concernant l’obtention des licences de remplacement (craintes qu’elle soit plus tardive) ;

- Politique de prévention auprès des salariés les plus précaires ;

- Revalorisation des rémunérations des internes avec un doublement de l'indemnité de garde à 240 euros ;

- Un décompte horaire du temps de travail des internes et un paiement des heures supplémentaires ;

- L’investissement de fonds publics pour la formation ;

- Indexation de l'indemnité de logement sur le prix de l'immobilier dans la ville du CHU de rattachement.

Mais aussi, concernant la défense du système de santé :

- La suppression de l’article 3 du PLFSS ;

- Un Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM) minimum à 4,4% ;

- Une reprise de la dette des hôpitaux par l’État et non par la Sécurité sociale.

 

 

Crédit photo : ISNI

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....