POINT DE VUE

Les médecins devraient-ils plus s’impliquer dans les réseaux sociaux ?

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

12 décembre 2019

France — Que nous y adhérions ou pas, les réseaux sociaux offrent une nouvelle façon de communiquer avec les patients d’une manière plus égalitaire. Tout dermatologue peut tirer partie des réseaux sociaux en promouvant des informations sur sa spécialité ou en participant à des discussions sur un mode collaboratif, il peut aussi lutter contre les fakenews. Le Dr Nicolas Kluger (dermatologue, Hôpital Bichat-Clause Bernard et Hôpital Universitaire d’Helsinki, Finlande) s’est penché sur la question et y a consacré une présentation lors des Journées Dermatologiques de Paris 2019 (JDP).

Lire aussi en complément sur le même sujet :  Dermato sur les réseaux sociaux : info et intox

 

Les médecins devraient-ils plus s’impliquer dans les réseaux sociaux ? Le Dr Kluger nous répond.

Dr Nicolas Kluger : Oui, car les réseaux sociaux sont devenus totalement inévitables. Tout le monde a Facebook, Instagram, Twitter, Linkedin…ou au moins un de ceux-là. Enormément de messages sont véhiculés par des patients, ou bien des messages grand public véhiculés par des journaux ou par des collègues médecins. On peut parfois avoir du mal à faire le tri ou encore certaines informations peuvent être fausses, et il faut pouvoir les corriger. Faut-il y être obligatoirement ? C’est difficile à dire, ça dépend des personnes, c’est chronophage et il faut être motivé. Je dirais qu’il faut faire ça sur son temps libre et à son rythme. Pas besoin d’être sur les réseaux sociaux tous les jours, toutes les minutes à traquer la petite bête, cela ne sert à rien. Choisir son réseau social, pas la peine d’être sur tous, ce n’est pas possible et puis dissocier l’aspect professionnel de l’aspect personnel.

Il existe différents profils : le médecin qui aime bien faire des blogs, à l’attention de médecins ou des patients, il y a ceux qui aiment prendre des photos à but éducatif et les mettre à disposition des autres médecins pour leur apprendre des choses. C’est possible aussi mais cela pose des questions éthiques. Il faut donc être assez prudents. On peut aussi servir de garde-fous et corriger poliment, respectueusement, les messages qui pourraient être erronés, même s’il est très difficile de rattraper des fakenews ou des messages erronés.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....