Réforme des retraites : les médecins doivent-ils s’inquiéter ?

Philippe Anaton

10 décembre 2019

France -- Si la grève du 5 décembre a affiché des taux de mobilisation absolument historiques, son ampleur a été plus mitigée dans le monde de la santé. Si les hospitaliers ont été plus nombreux à manifester leur désaccord que le 14 novembre, en revanche, les médecins ont semblé moins mobilisés pour la défense des retraites que pour celle de l’hôpital public (voir encadré).

Serait-ce que les médecins hospitaliers ont moins de raisons de craindre la réforme des retraites ? Non, répond sans ambages le Syndicat  national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs (SNPHARE), qui a publié une vidéo pédagogique sur le système des retraites à points, mis en péril, d’après lui, par la réforme défendue par le gouvernement. « Le SNPHARE regrette, encore une fois, une fois de plus, de ne pas être davantage sollicité et écouté, sur ce dossier comme sur d'autres : reprise en compte de la pénibilité, prise en compte de tous les émoluments, notamment pour nos collègues universitaires, revalorisation des carrières. »

Moins bon rendement du régime à points ?

L'intersyndicale de praticiens hospitaliers Action praticien hôpital psychiatrique (APH), qui a publié un communiqué pour soutenir la grève du 5 décembre, explique plus précisément en quoi la réforme des retraites peut être nocives pour les PH. « Le régime principal des PH et des internes est un régime par points, l’Ircantec, qui s’apparente au futur régime mis en place mais avec un rendement actuel autour de 7 %, ce qui est supérieur au rendement annoncé du régime universel, soit 5,5% ». APH craint que les réserves en cash des complémentaires ne soient "aspirées" par le régime universel qui sera mis en place si la réforme est adoptée, et dénonce également un manque de transparence dans le futur régime de retraite.

Médecins libéraux : la CSMF à bout de patience

Ces craintes rejoignent d'ailleurs celles des médecins libéraux, qui rejettent en bloc la réforme des retraites telle qu'elle est envisagée. « Alors qu’une énième réunion sur la réforme des retraites a eu lieu mardi au ministère, la CSMF perd patience », écrivait la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dans un communiqué à la veille de la mobilisation du 4 décembre. « Aucun doute n’est levé sur la plupart des sujets qui fâchent ! Aucun changement majeur n’a été annoncé et les médecins libéraux sont en colère de ne pas être entendus depuis plus de vingt mois ! » La CSMF s'oppose catégoriquement à la disparition programmée de la Caisse autonome des retraites des médecins français (Carmf).

La SML dénonce une tartufferie

Même son de cloche du côté du Syndicat des médecins libéraux (SML) : « La dernière réunion des syndicats médicaux avec le haut-commissaire à la réforme des retraites nous a permis de découvrir l’ampleur de la tartufferie de ce qui se joue », écrivait son président Philippe Vermesch, le 7 décembre. « Les pensions des médecins retraités à l’avenir baisseront, et plus qu’annoncé. Le haut-commissaire a fini par l’admettre », ajoutait-il. L'Union française pour une médecine libre (UFML) qui mène une campagne depuis plusieurs mois contre la réforme des retraites, a publié récemment une vidéo pour expliquer en quoi cette réforme est néfaste pour les médecins (Pourquoi l’UFMLS est contre la réforme des retraites Macron en 10 points). L'UFML craint que le gouvernement n'abaisse de manière arbitraire la valeur du point, ce qui aurait pour conséquences de diminuer les niveaux de retraite. L'allongement de la durée de cotisation aurait aussi pour conséquence un départ à la retraite, pour les médecins, à 68 ou 70 ans. Tout comme le SML ou la CSMF, l'UFML s'oppose aussi à la captation des réserves de la Carmf par le futur régime universel.

Se préparer à entrer dans un conflit d’ampleur en 2020

Les syndicats représentatifs, qui négocient la réforme des retraites avec les pouvoirs publics, ont une ultime réunion en janvier prochain. « Une réunion de la dernière chance aura lieu le 7 janvier 2020 », avertit le Dr Jean-Paul Ortiz pour le CSMF.

S'ils n'obtiennent pas satisfaction, ils pourraient alors rejoindre le mouvement d'opposition à la réforme des retraites : « Une réunion de la dernière chance est prévue le 7 janvier » renchérit la SML, avant d’ajouter, pessimiste : « Mais, franchement, nous avons peu d’espoir dans ce Gouvernement qui a manqué de sincérité tout au long des négociations de cette réforme. Nous devons nous préparer à entrer en 2020 dans un conflit d’ampleur pour sauver nos retraites. »
 

Médecins plus mobilisés pour l’hôpital public que pour les retraites

Selon un communiqué de presse du ministère de la Fonction publique, le taux de gréviste dans la fonction publique hospitalière le 5 décembre dernier était de 18,9%, avec « 8,7% d’agents grévistes et absents, et 10,2% d’agents grévistes réquisitionnés pour le fonctionnement des services ». Soit un chiffre est bien plus élevé que dans la fonction publique territoriale (13,76%), mais moins que dans la fonction publique d'État (32,82%), sachant que c’est dans l'éducation nationale que la contestation a été la plus forte (avec 42,65% de grévistes).

Comparé à la journée du 14 novembre pour la défense de l'hôpital public et ses 13,7% de grévistes hospitaliers, la journée du 5 décembre a fait mieux (5 points de plus). Mais si la mobilisation a été plus importante en décembre, tous statuts confondus, que le 14 novembre, les médecins ont été moins nombreux à se mettre en grève pour la défense des retraites, que pour la défense de l'hôpital public. Ainsi, selon la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), près de 50% des médecins s'étaient déclarés en grève le 14 novembre. Le 5 décembre, ils n'étaient plus que 1% à l'Assistance Publique -Hôpitaux de Marseille selon l'Agence de presse médicale (APM), 3,52% à Saint-Étienne, et 0,6% à Rouen, par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....