Exposition chronique au gaz lacrymogène lors des manifestations : un réel danger ?

Jacques Cofard

Auteurs et déclarations

28 novembre 2019

France -- Alors que le mouvement des Gilets jaunes en est à sa première année d’existence, un biologiste, accompagné de trois médecins engagés, se sont inquiétés des conséquences sur l'organisme de l'usage massif et chronique de gaz lacrymogène contre les manifestants suite à la découverte de thiocyanate, dérivé du cyanure, dans certaines analyses sanguines. L'hypothèse d'une vraie intoxication au cyanure est cependant jugée improbable par d'autres cliniciens et toxicologues. L'éclairage de Medscape.

Alexander Samuel, docteur en biologie, et par ailleurs professeur de mathématiques dans la région niçoise, devrait faire paraître dans les semaines qui viennent une étude co-signée, entre autres par le toxicologue André Picot, président de la Société française de toxicologie-chimie (voir encadré), sur ses recherches liant gaz CS et intoxication au cyanure. Cette étude sera publiée par l’association Toxicologie-chimie, créée il y a une trentaine d’années pour « former, informer, expertiser sur les dangers des produits chimiques en milieu de travail, dans l’alimentation et dans l’environnement ».

Ses observations, Alexander Samuel les a faites sur le terrain, depuis un an et demi. Le docteur en biologie était présent, le 23 mars dernier, dans la manifestation des Gilets jaunes (GJ) au cours de laquelle une manifestante de 73 ans, Geneviève Legay, est matraquée par un CRS et perd connaissance. Alexander est au premier rang et filme la scène. Cela lui vaut une courte interpellation mais aussi la confiance des protagonistes du mouvement des GJ. « J’ai alors été repéré par un groupe de Gilets jaunes qui ont contacté toutes les personnes témoins d’événements graves : des personnes qui ont été énucléés, etc. J’ai donc été contacté par la présidente du groupe SOS ONU, Shirelle David  », se rappelle-t-il, joint par Medscape édition française.

Des analyses positives au thiocyanate

C'est à ce moment-là qu'Alexander Samuel entend parler pour la première fois des effets nocifs du gaz lacrymogène. Un membre de l'association SOS ONU, proche des Gilets jaunes donc, lui confie le résultat d'une analyse sanguine positive au thiocyanate. « Je ne connaissais rien de cela, je me suis renseigné, pour me rendre compte que c’était le test standard d’intoxication au cyanure. La personne qui m’a confié ce test positif me dit que cela provient des gaz lacrymogènes. Je n’y ai pas cru. J’ai été critique », ajoute-il. Alexander décide donc de travailler le sujet. « Ils m’ont mis en contact avec plusieurs personnes qui m’ont raconté qu’elles ont eu de grosses désorientations, des vertiges, d’autres crachaient du sang, des effets secondaires comme des pertes de connaissance, perte de mémoire, etc., après avoir été exposées au lacrymogène. J’ai trouvé cela bizarre. J’ai donc décidé de consulter la littérature pour voir s’il y avait un rapport entre les gaz lacrymogène et le cyanure. « En fait, c’est connu et rien n’est caché : le gaz lacrymogène métabolise du cyanure. »[1,2,3,4]. Le gaz utilisé dans le lacrymogène, le 2-Chlorobenzylidènemalononitrile, aussi appelé gaz CS, une fois dans le corps humain, se métaboliserait en cyanure d’hydrogène, puis en thiocyanate. 

Des analyses sur le terrain des manifestations

C'est une révélation pour Alexander Samuel, qui décide de documenter le sujet. Sur le terrain. Et part d'une hypothèse : les gazages massifs de GJ, via entre autres leur métabolisation en cyanure, sont à l'origine des effets secondaires nocifs constatés chez nombre de manifestants.

Dans un premier temps, avec l’aide du Dr Josiane Clepier de SOS ONU (qui a quitté cette association), Alexander Samuel demande aux GJ gazés lors des manifestations, en avril 2018, de faire des analyses de thiocyanate pour débusquer les quantités atypiques de cyanure dans l'organisme : « Nous avions des retours de toute la France, de gens de Marseille, de Paris, etc. Au bout d’une semaine nous avons accumulé 5 à 6 résultats positifs et aucun résultat négatif. « Les taux étaient supérieurs à la normale, parfois trois à quatre fois supérieurs au seuil fumeur. Les patients qui ont fait ces analyses se sont plaints de vertiges, pertes de connaissances ou désorientations le jour de la manifestation, et de maux de têtes persistants les jours suivants. Un cas précis que j'ai suivi a eu des insuffisances hépatiques lourdes » qui seraient clairement associées à de fort niveaux de thiocyanates, selon Alexander Samuel : « il m'a remercié publiquement d'avoir conseillé son médecin sur les analyses. »

Critiques scientifiques sur les tests utilisés et leur interprétation

Ces premiers résultats sont médiatisés par l'association SOS ONU et des toxicologues reconnus les critiquent :  Pour le professeur Jean-Luc Renaud du laboratoire de chimie moléculaire et thioorganique (LCMT), université de Caen, Basse-Normandie les gaz lacrymogènes ne se transforment pas en cyanure.

Puis les toxicologues Marie Deguigne et François Parrant, et le clinicien Jean-Marc Sapori s’expriment tous dans la presse pour dire qu’il n’y a pas de cyanure dans la lacrymogène. « Il faut bien comprendre que le cyanure est extrêmement dangereux, si c'était le cas, il y aurait des milliers de morts dans la rue, ce n’est absolument pas plausible », indique Marie Deguigne pour LCI. Plus précisément, pour Marie Deguigne, les thiocyanates ne sont pas des indicateurs fiables ; mieux vaut vérifier directement le niveau de cyanure dans le sang. De même, le professeur Parrant, médecin au laboratoire qui a effectué les analyses publiées par SOS ONU, considère que le thiocyanate est un très mauvais marqueur. « La véracité des documents publiés n’est pas remise en cause, mais les concentrations retrouvées, bien que parfois supérieures aux valeurs de référence du laboratoire, ne permettent pas de caractériser une intoxication au cyanure », explique François Parrant dans Libération .

Il se fie plus aux niveaux de lactate pour repérer le cyanure.

Mais pour Alexander Samuel, « le niveau de lactate va monter lorsque l’on a une intoxication mortelle au cyanure, mais il n’est pas sûr que les niveaux de lactate montent suffisamment pour une intoxication bénigne au cyanure ».

Pour les uns, les taux de thiocyanate retrouvés ne permettent donc pas de caractériser une intoxication au cyanure qui serait susceptible d’entraîner une toxicité. Pour les autres, ces quantités de thiocyanate sont caractéristiques d’une intoxication au cyanure légère avec, déjà, des conséquences sanitaires.

De son côté, le biologiste a créé un site Internet, gazlacrymo.fr, lequel recense les effets secondaires d’une intoxication légère et chronique au cyanure. Aussi bien le système nerveux central (anxiété, confusion, vertiges...), que le système respiratoire (hyperventilation, apnée, tachypnée...), ou encore le système cardiovasculaire (hypotension, asystole, fibrillation ventriculaire...) peuvent être touchés. Aussi, précise Alexander Samuel, le ministère de la Santé du New Jersey relève des effets secondaires sur le foie et les reins et recommande des analyses de thiocyanate. Un faisceau de toxicités qui est, par ailleurs, décrit dans la littérature scientifique pour chacun de ces différents organes [5,6,7,8,9,10,11]..

Tests de détection du cyanure

Alexander Samuel prend toutefois acte de ces critiques et découvre dans le même temps CyanoGuard, une entreprise suisse qui commercialise des tests rapides de dépistage du cyanure dans le sang. « Quand on travaille dans le manioc, dans les mines d’or, on peut être intoxiqué au cyanure. L’antidote est très cher, et il y a des morts dans les pays du tiers monde. CyanoGuard a donc eu l’idée de développer un kit pas cher, pour 15 euros, de détection du cyanure. Cela permet de mesurer de manière instantanée le niveau de cyanure que nous avons dans le sang. C’est un test colorimétrique tout bête qui devient violet lorsque la dose de cyanure atteint des seuils mortels. Si c’est violet, on prend l’antidote », explique le biologiste. Contacté par Medscape, CyanoGuard confirme l'existence de ces tests, tout comme ils nous certifient avoir fourni ces tests à Alexander Samuel. Car une idée trotte dans la tête du scientifique : pour certifier la présence de cyanure dans le sang des manifestants après s'être fait gazer au lacrymogène, il faudrait faire des prélèvements sanguins in situ et les analyser grâce aux tests de CyanoGuard. « Le test est en vente libre, et pour le réaliser il faut 0,2 ml de sang. J’en ai parlé au médecin de SOS ONU qui a décidé d’en parler à d’autres médecins, pour voir s’il était possible de le faire légalement. Il m’a dit qu’avec des ordonnances, des consentements signés, des explications fournies aux personnes prélevées, et si l’on annonce en manifestation qu’ils peuvent venir nous voir quand ils se font gazer pour savoir de manière instantanée s’ils ont du cyanure dans le sang, on pouvait le faire. »

Analyses le 20 avril

Décision est prise de faire les premiers prélèvements le 20 avril 2018, avec le biologiste, le médecin de SOS ONU, un médecin belge, Renaud Fievet, anesthésiste-réanimateur habitué à ce genre de manifestations, ainsi que des paramédicaux. « Le jour même, il y a un médecin qui nous a rejoints. Elle est ophtalmologue, et nous a dit qu’elle était très intéressée par ce que nous faisions car elle avait beaucoup de ses patients qui avaient des débuts de cataractes ; ces patients avaient été exposés au gaz lacrymogène pendant des manifestations. »

Les tests ont donc commencé le 20 avril, comme convenu : « Nous avons fait 6 analyses ce jour-là. Le tout premier était un street medics, qui s’est pris une grenade lacrymogène tout à côté de lui. Il s’est retourné et s’est mis à courir vers moi, et nous a demandé de le piquer. Au moment où il nous parlait, il me tombe dessus, et se met à convulser. Il a repris ses esprits, nous avons attendu 5 minutes, puis nous avons fait le test, qui a changé de couleur. Ce qui indiquait qu’il y avait une dose équivalente à 50% de la dose mortelle de cyanure dans son sang, selon le test CyanoGuard. Nous avons obtenu des résultats légèrement positifs pour l’ensemble de ceux qui se sont prêtés à ces analyses. »

Présence de cyanure

Les analyses sont adressées à CyanoGuard, qui est formel : elles indiquent une présence importante de cyanure dans le sang. « Il nous a en revanche recommandé de doubler la dose de sang et de passer à 0,4 ml plutôt que 0,2 : ainsi, si on obtenait un changement de couleur au violet, nous étions sûr qu’il y aurait 50% de dose mortelle de cyanure. »

Les trois médecins et Alexander Samuel décident donc, pour la manifestation du 1er mai 2018, de renouveler les prélèvements sanguins avec 0,4 ml de sang. Seulement la présidente de l'association SOS ONU est en désaccord avec ces méthodes et décide de « dénoncer » Alexander Samuel et les médecins aux médias. « Comme beaucoup de médias en ont parlé, le parquet de Paris a ouvert une enquête courant mai pour « violences aggravées et mise en danger de la vie d’autrui », alors que nous avions des consentements signés uniquement pour faire des prélèvements de sang ! Le premier médecin de l’association, dégoûtée par la médiatisation, a préféré abandonner. En revanche l’ophtalmologue nous a suivis », explique Alexander Samuel.

Nouveaux résultats

Malgré les injonctions judiciaires et la pression médiatique, Alexander Samuel décide de poursuivre ces mesures de cyanure dans le sang, d'autant que CyonaGuard décide de mettre à disposition un appareil de mesure du cyanure dans le sang beaucoup plus précis que ces tests rapides, avec un taux d'erreur de 0,1, le CyanoSmart. Le CyanoSmart est par ailleurs un test connecté de détection du cyanure dans le sang, qui permet, grâce à un smartphone et une application, de prendre connaissance immédiatement des résultats du test.[12]

L'équipe est de nouveau sur le terrain le 8 juin à Montpellier. « Il y a eu 9 personnes au total qui ont fait une analyse préalable. Six ont été gazées et ont fait des analyses après gazage. Avant manifestation, nous étions entre 0 et 0,2 (selon le mode de vie des gens, la tabacologie, etc.). Après gazage, nous sommes montés à 0,7 mg/l, le record étant de 0,75 mg/l. Une dose potentiellement considérée comme mortelle est de 1 mg/litre », explique Alexander Samuel. Tout en ajoutant que l'expression « dose mortelle » est à prendre avec des pincettes. « Mais nous avons établi qu’il y a bien une hypoxie et une intoxication au cyanure de bas niveau. Pour moi, c’est clairement une utilisation abusive de lacrymogène qui est responsable de la métabolisation importante en cyanure. »

Les effets nocifs du CS dépendent de la capacité de métabolisation du cyanure

Interrogé par Medscape édition française, le toxico-chimiste, André Picot, qui co-signe l’étude d’Alexander Samuel, explique : « Ce gaz CS a été beaucoup étudié, sans qu'il y ait pour autant publication, par les services sanitaires des armées américaines, françaises, etc. Ils ont bien entendu étudié les faibles doses et l'effet recherché était l’action très brève, très intense, qui ne mettait pas en danger la vie des personnes gazées.

Les effets nocifs du CS vont dépendre de la capacité de métabolisation du cyanure de chaque organisme. Ce gaz est moléculairement instable. Dès qu’il se retrouve dans l'eau ou le sang, il libère une molécule organique qui conserve un reste cyané, ainsi qu’un ion cyanure.

Pour le neutraliser, l'organisme prend un produit soufré, oxydé, qui en présence d'une enzyme, la rhodanèse, que l'on trouve dans tous les tissus, mais aussi dans la salive, neutralise le cyanure. Donc, selon les réserves en souffre apportées par les protéines, et l'activité de la rhodanèse, l’organisme va pouvoir lutter contre des quantités plus ou moins importantes en cyanure. Cela va aussi dépendre de l’état physiologique de l’organisme. Deuxième type de défense de l’organisme qu’il faut signaler contre le cyanure : la vitamine B12 qui est beaucoup plus stable.

Les services sanitaires des armées ont aussi fait des études sur les effets faibles à répétition du gaz CS. Au fur et à mesure que vous épuisez vos systèmes de défense en vous exposant plusieurs fois au gaz CS, vous augmentez la nocivité du cyanure. Ce que l'on observe avec les Gilets jaunes par exemple, qui montent tous les samedis sur les barricades. Les effets sont toujours les mêmes : une grande fatigue, car le cyanure bloque la chaine respiratoire. Les organes très vascularisés qui consomment beaucoup d'oxygène vont être impactés, comme le cerveau, ce qui peut provoquer des dépressions. Mais le cœur peut aussi être atteint, ce qui va causer des troubles cardiovasculaires non négligeables. Et puis il y a aussi la vision. Samuel Alexander consacre une partie de son article à l'atteinte du cristallin. C'est très intéressant. Le cristallin est peu vascularisé, donc nous observons quelque chose de tout à fait spécial, puisque le cyanure peut faire apparaître la cataracte. L'étude d’Alexander est très structurée, c'est un bon document scientifique », nous explique André Picot.

Conséquences graves ? Deux médecins s’inquiètent de l’exposition chronique

Au final, la question centrale et qui n’a aujourd’hui pas de réponse est celle de la dangerosité de l’exposition chronique au gaz lacrymogène au cours de ces manifestations répétées.

Médicalement parlant, les conséquences de l’exposition au gaz lacrymogène pourraient être graves, à moyen et long terme, selon le Dr Renaud Fievet, anesthésiste-réanimateur, qui a accompagné Alexander Samuel, lors des manifestations des GJ : « Je considère que si la cigarette est cancérigène, alors les gaz lacrymogène le sont aussi, potentiellement. Je pense qu’il faut appliquer le principe de précaution et non pas attendre dix ans pour se dire : voilà on a des malades, qu’est-ce qu’on fait ? Il y en a certains qui auront des maladies chroniques, respiratoires, qui vont apparaitre, des problèmes peut-être d’insuffisance hépatique aggravés ou d’insuffisance rénale, pour moi, cela me parait assez clair. »

Le Dr Christiane Blondin, ophtalmologue, a elle aussi accompagné Alexander Samuel sur le terrain. Elle partage avec le Dr Renaud Fievet, un constat plutôt sombre : « En tant que médecin ophtalmologue, on voit des yeux rouges, des yeux qui pleurent, ça parait tout bêtement banal, et c’est vrai que ça se soigne très bien. Mais je me pose la question de savoir quelle sera la santé oculaire des manifestants qui auront été aspergés de gaz pendant un an. Ma réaction aura été de chercher dans la littérature ce qui a été écrit là-dessus [13], quelle est la dose absorbée par l’œil, où le cyanure peut-il aller dans l’œil, va-t-il dans les mitochondries ? Nous avons vu en consultant la littérature qu’il y aurait eu des cas de cécité non seulement au niveau de la cornée, ou du cristallin, mais aussi des atrophies optiques avec le cyanure. Donc il y a quand même pas mal de pistes et l’on se demande pourquoi cela n’a pas été objectivé par des institutions officielles. »

Le groupe de médecins et de biologistes a adressé un courrier à la Haute autorité de santé (HAS) pour lui faire part de ses inquiétudes. Elle les a redirigés vers l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation et du travail.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....