Quiz express: DASRI et autres déchets médicaux, comment les éliminer ?

Richard Tennant, Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

11 novembre 2019

Les déchets de laboratoire, les objets piquants ou tranchants, les déchets anatomiques ou pathologiques, le sang et les produits sanguins et les autres fluides biologiques sont tous considérés comme des DASRI ; en d’autres termes, afin de minimiser les risques ils doivent être triés et éliminés selon les règles établies pour cette filière particulière. Avant tout, la mise en place d’un tri efficace doit rester une priorité afin de garantir la sécurité.

Les déchets de laboratoire microbiologique (prélèvements non traités, cultures et population microbienne amplifiée) sont ceux qui posent le plus de risques de transmission de pathologies infectieuses. Une décontamination préalable au laboratoire en utilisant un autoclave est souhaitable, en particulier en cas de culture de micro-organismes.

On distingue les déchets d'activités de soins assimilables aux déchets ménagers et les déchets d'activités de soins à risques. Ces derniers comportent plusieurs catégories qui correspondent à des filières d'élimination distinctes :

  • Déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) : aiguilles, seringues, pansements souillés, déchets anatomiques de petite taille…

  • Déchets d'activités de soins à risques chimiques et toxiques (DRCT) : produits de chimiothérapie, par exemple

  • Déchets d'activités de soins à risques radioactifs

Les déchets à éliminer systématiquement par la filière des déchets à risques infectieux en raison de leur nature :

  • Les matériels ou matériaux piquants ou coupants, dès leur utilisation, qu'ils aient été ou non en contact avec un produit biologique ;

  • Les flacons de produits sanguins à usage thérapeutique incomplètement utilisés ou arrivés à péremption, les tubes de prélèvement de sang, les dispositifs de drainage. D’une manière plus générale, tout article de soins et tout objet souillé par (ou contenant) du sang ou un autre liquide biologique (liquide pleural, péritonéal, péricardique, amniotique, synovial...)

  • Les déchets issus des activités de thanatopraxie

  • Les déchets anatomiques humains, correspondant à des fragments humains non aisément identifiables par un non-spécialiste

  • Certains déchets de laboratoire (milieux de culture, prélèvements...)

  • Indépendamment de la notion de risques infectieux, tout petit matériel de soins fortement évocateur d’une activité de soins et pouvant avoir un impact psycho- émotionnel : seringue, tubulure, sonde, canule, drain, gant... 

Le choix du conditionnement des DASRI dépend du type de déchets.

  • Les sacs en plastique, les sacs en papier doublés intérieurement de plastique et les caisses en carton avec sac intérieur ne peuvent recevoir des déchets perforants que si ceux-ci sont préalablement conditionnés dans des boites et minicollecteurs définitivement fermés.

  • Les boites et minicollecteurs ainsi que les fûts et jerricans en plastique sont destinés à accepter directement les déchets perforants dès leur production.

  • Les collecteurs de petite taille ou minicollecteurs sont généralement préférés par les professionnels de santé en déplacement, en raison de leur faible encombrement.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....