L’antidiabétique dulaglutide associé à une baisse des AVC ischémiques dans REWIND

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

7 octobre 2019

Barcelone, Espagne - Administré en injection hebdomadaire chez des patients atteints de diabète de type 2, l’agoniste de GLP-1 dulaglutide (Trulicity®, Lilly) réduit de manière significative le risque d’AVC toutes causes confondues (- 24% à 5 ans) et en particulier le risque d’AVC ischémiques (-26%), selon une analyse portant sur le devenir neurologique des patients inclus dans l’étude REWIND, présentés lors du congrès de l’EASD 2019 [1].

Les premiers résultats de l’étude REWIND (Researching cardiovascular Events with a Weekly INcretin in Diabetes) ont déjà été dévoilés à l’occasion de l’ADA 2019. Ils ont donné lieu à une publication dans le Lancet [2].

Prévention CV primaire

Cette étude de sécurité cardiovasculaire (CV) a inclus plus de 70 % des patients n’ayant pas au préalable présenté d’événements CV (prévention primaire). Elle a été menée avec un suivi moyen de 5,4 ans.

Agés en moyenne de 66 ans, les 9 901 participants (46 % de femmes) ont reçu en plus de leur traitement habituel, soit du dulaglutide (1,5 mg par semaine), soit un placebo. Le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) à l’inclusion était de 7,2%. Ce taux relativement bas s’est abaissé encore de 0,6 % en moyenne pendant la période de suivi.

L’analyse initiale a montré que le critère cardiovasculaire composite MACE (AVC non fatal, infarctus du myocarde (IDM) non fatal et décès CV) a été abaissé de 12 % au cours du suivi dans le bras dulaglutide (HR=0,88, IC à 95 %, [0,79-0,99]).

 
Cette nouvelle analyse révèle une baisse de 24% du risque d’AVC toutes causes avec le dulaglutide.
 

« Une partie de ce résultat peut s’expliquer par la baisse de la pression artérielle systolique de 1,7 mmHg et une perte de poids moyenne de 1,5 kg », a indiqué le  principal auteur de l’étude, le Dr Hertsel Gerstein (Hamilton Health Sciences, Hamilton, Canada), lors de sa présentation.

Analyse du devenir neurologique

L’analyse des trois composants du critère principal confirme l’efficacité globale du traitement, avec une baisse de la mortalité CV (HR=0,91, IC à 95 %, [0,78-1.06]) et de l’IDM non fatal (HR=0.96, IC à 95 %, [0,79 - 1,16]). L’impact apparait encore plus marqué pour l’AVC non fatal (HR=0,76, CI 95 %, [0,61-0,95]).

Cette donnée sur l’impact neurologique a conduit l’équipe à effectuer une analyse plus poussée, a précisé le Dr Gerstein. Une décision également encouragée par les résultats de précédentes études et d’une méta-analyse qui ont rapporté un effet plus marqué sur l’incidence des AVC avec cette classe médicamenteuse.

Après un suivi de 5,6 ans, cette nouvelle analyse révèle une baisse de 24% du risque d’AVC toutes causes avec le dulaglutide, par rapport au placebo (HR=0,76 IC à 95 % [0,62-0,94], p=0,010).

Dans le cas du critère composite associant AVC non fatal et décès toutes causes, la baisse est de 12 % avec le dulaglutide (HR=0,88, IC à 95 % [0,79, 0,98], p=0,017).

 
Outre la prévention globale des AVC, il semble que le dulaglutide permette de prévenir les AVC graves. Dr Hertsel Gerstein
 

Concernant le risque d’AVC fatal, il n’apparait pas de différence significative, « mais le nombre d'évènements était très faible », a noté le Dr Gerstein.

Pas d’impact sur les AVC hémorragiques

C’est sur la survenue d’AVC ischémiques que l’étude a été le plus en faveur du dulaglutide, avec une baisse du risque de 26 % (HR=0,74, IC à 95 % [0,59-0,94], p=0,012). En revanche, aucun effet n’a été observé sur les AVC hémorragiques (HR=1,05, IC à 95% [0,55, 1,99], p=0,89).

Cet effet préventif du dulaglutide s’observe autant chez les hommes que chez les femmes, quel que soit l’IMC, avec ou sans évènements CV préalables, et quel que soit le taux d’HbA1c initial.

« Outre la prévention globale des AVC, il semble que le dulaglutide permette de prévenir les AVC graves », a ajouté le chercheur. Il a, en effet, été constaté une baisse de 26 % (HR=0,74, IC à 95 % [0,56, 0,99], p=0,042) du risque d’AVC associé à un score de handicap (Modified Rankin Score) ≥ 3 à 30 jours (handicap modéré à très sévère, voire décès).

Protection rénale

Les résultats sur la fonction rénale qui ont aussi été publiés dans le Lancet montrent que le  dulaglutide n'a pas eu d'impact sur le débit de filtration glomérulaire mais a durablement diminué de 18% le rapport albumine/créatinine urinaire [3].

Une réduction de 15% des événements rénaux (nouvelle macro-albuminurie, baisse de 30% du débit de filtration glomérulaire, dialyse ou transplantation) a été observée.

Concernant la tolérance, l'incidence des pancréatites (0,5% versus 0,3% avec le placebo); et les cancers du pancréas (0,4% versus 0,2%) était légèrement supérieure mais non statistiquement significative.

 

Le Dr Gerstein a déclaré des liens d’intérêt avec Eli Lilly, AstraZeneca, Merck, Novo Nordisk et Sanofi.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....