L’homéopathie sera déremboursée début 2021

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

10 juillet 2019

Paris, France – C’est officiel, la Ministre des Solidarités et de la Santé a suivi l’avis de déremboursement de l’homéopathie rendu par la Haute Autorité de Santé fin juin[1].

Le Pr Agnès Buzyn a engagé la procédure de radiation des médicaments homéopathiques de la liste des médicaments pris en charge par l’Assurance Maladie pour une mise en œuvre au 1er janvier 2021.

Une étape intermédiaire est, toutefois, prévue pour permettre aux patients, aux industriels et aux prescripteurs de s’adapter. Au 1er janvier 2020, le taux de remboursement des médicaments homéopathique passera à 15 %.

La ministre recevra les industriels, les associations de patients et les professionnels de l’homéopathie dans les prochains jours, a indiqué le ministère dans un communiqué.

L’annonce du déremboursement de l’homéopathie a déclenché la colère de certains, notamment du laboratoire Boiron. Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale du groupe Boiron, leader mondial du secteur, a dénoncé dans le journal Le Monde aujourd’hui, un « massacre organisé ».

Mais, la nouvelle du déremboursement de ces produits a d’ores et déjà été accueillie favorablement, voir saluée, par certains syndicats de médecins comme l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France. Elle devrait également satisfaire l’UFML (Union Française pour une Médecine Libre) qui indiquait récemment sur  son site : «  La Haute Autorité de Santé préconise le déremboursement depuis le 26 juin 2019. A chaque seconde qui passe, 4€ sont  dépensés du fait de l’hésitation du gouvernement à suivre cet avis ! », calculateur à l’appui, soit 4 984 236 euros de dépenses à l’instant de la rédaction de cet article !
 

Retour sur l’avis négatif de la HAS

Pour rappel, au terme de 9 mois de travail, l’avis négatif de la HAS a été adopté à la majorité lors de la séance plénière du 26 juin, à l'issue de la phase contradictoire qui a permis aux trois laboratoires de faire valoir leurs arguments relatifs au projet d'avis adopté par la commission le 15 mai.

L’évaluation de la HAS a concerné près de 1200 médicaments homéopathiques (1200 souches qui peuvent avoir chacune des taux de dilution différents et être combinées entre elles) et inclus plus de 1000 publications scientifiques, les contributions des parties-prenantes ainsi que les documents et dossiers déposés par les trois laboratoires concernés (Boiron, Weleda et Rocal-Lehning).

Au final, l’analyse a concerné 24 affections et symptômes traités avec des médicaments homéopathiques tels que troubles de l'anxiété, verrues plantaires, soins de support en oncologie, infections respiratoires aigües chez l'enfant, etc.

« Pour l'ensemble de ces affections et symptômes, la commission de la transparence a considéré que ces médicaments n'ont pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d'un remboursement », selon la HAS.
 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....