Test de diagnostic rapide de la grippe : quel intérêt du TROD aux urgences ?

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

13 juin 2019

Paris, France -- Une étude française monocentrique rétrospective, dont les résultats ont été présentés au congrès Urgences 2019 , a confirmé la faible sensibilité du test rapide d’orientation diagnostique (TROD) de la grippe dans le contexte des urgences, par rapport à la PCR [1]. Faut-il pour autant l’écarter et préférer un traitement antiviral systématique chez les patients présentant les signes d’un syndrome grippal ?

La grippe touche chaque année 2 à 8 millions de personnes en France. Au cours de la saison hivernale 2017-2018, 75 500 passages pour syndrome grippal aux urgences ont été recensés, dont près de 10 000 (13%) ont donné lieu à une hospitalisation. Dans la majorité des cas, les patients hospitalisés étaient âgés de 65 ans et plus.

Pour le diagnostic biologique de l’infection par le virus de la grippe, l’analyse par PCR multiplex est devenue la méthode de référence, mais cet examen reste coûteux (environ 180 euros) et nécessite un délai d’attente d’un à deux jours. Le TROD donne, quant à lui, un résultat en moins de 30 minutes, pour un prix avoisinant les 5 euros.

L’isolement en question

Si cet examen se présente comme une alternative séduisante pour orienter plus rapidement la prise en charge aux urgences, il a l’inconvénient majeur d’avoir une valeur prédictive négative (VPN) très faible avec les modèles actuels. Par conséquent, un résultat négatif ne permet pas d’exclure le diagnostic de grippe.

Pour évaluer les performances du TROD dans le contexte des urgences, le Dr Etienne Imhaus (Hôpital Foch, Suresnes) et son équipe ont mené une étude monocentrique rétrospective comparant les résultats du TROD à ceux d’une analyse PCR chez les patients hospitalisés pour une grippe après un passage aux urgences.

« L’étude visait également à déterminer si le dispositif est utile pour décider d’un isolement respiratoire du patient et d’une mise sous traitement antiviral », a commenté le Dr Imhaus, au cours de sa présentation.

Les chercheurs ont inclus 217 patients ayant eu à la fois un examen par TROD et une analyse PCR. Les résultats montrent que le TROD a une spécificité très importante, évaluée à 99,3%. Sa valeur prédictive positive (VPP) est de 95%. Sa sensibilité est toutefois très mauvaise puisqu’elle atteint 36%, tandis que sa VPN est de 81%.

 
Le TROD est un bon test diagnostique, mais un mauvais test de dépistage. Dr Etienne Imhaus
 

Un bon test diagnostique

« Le TROD est un bon test diagnostique, mais un mauvais test de dépistage. Il ne répond donc pas à la question de l’isolement des patients, qui est quand même importante en termes de gestion. Il permet toutefois d’avoir une réponse rapide chez les patients en état grave et peut aussi être envisagé en attendant les résultats de la PCR ».

En conclusion, vu ses faibles performances pour le dépistage, « le TROD n’apparait pas approprié dans le contexte des urgences », estime le médecin. Lorsqu’un patient présente les signes d’un syndrome grippal, « on peut d’emblée donner un traitement par Tamiflu® pour réduire le risque de transmission », avant d’avoir la PCR.

« Si le test est négatif, on va continuer de se poser la question de la nécessité du traitement antiviral. A mon avis, le TROD est inutile dans ce contexte », a ajouté le Dr Imhaus. Le traitement peut donc être administré, surtout chez les patients à risque, et stoppé en cas de résultat négatif avec la PCR.

Selon lui, ces résultats devront être confirmés dans une large étude et avec une cohorte plus représentative de la population générale. Ces travaux présentent en effet plusieurs biais, dont l’un concerne la cohorte, qui se limite à des patients hospitalisés. « Ils sont par conséquent plus âgés et étaient dans un état plus grave à l’admission ».

TROD grippe : attention aux mauvaises pratiques

Les chercheurs ont aussi constaté que plusieurs tests ont été mal effectués. Pour rappel, le prélèvement nasopharyngé nécessaire à la réalisation du TROD, nécessite de longer le plancher des fosses nasales. L’écouvillon est introduit perpendiculairement au plan du visage, en le tenant comme un stylo. L’erreur la plus commune est de prélever en suivant l’arête du nez.

On peut donc espérer une amélioration de la sensibilité du test avec une meilleure pratique. Des recherches sont également menées pour développer des dispositifs plus performants, qui pourraient alors s’avérer utiles aux urgences. Des nouveaux tests avec analyseur permettent notamment une lecture automatisée, évitant ainsi les erreurs d’appréciation.

Le TROD a, en revanche, trouvé sa place dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées (Ehpad) pour confirmer l’étiologie grippale et permettre de mettre rapidement les patients sous traitement antiviral. Il est préconisé en période d’épidémie de grippe pour interrompre la transmission du virus et réduire le risque de complications.

Dans les collectivités de personnes âgées, il est actuellement recommandé d’effectuer le test sur au moins trois cas pour améliorer sa sensibilité et détecter une épidémie grippale naissante.

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....