Hépatite C : prescription de 2 traitements AAD ouverte à tous

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

24 mai 2019

France — L’accès au traitement contre l’hépatite C chronique se simplifie. Jusqu’à présent réservée à certains spécialistes, la prescription de deux traitements antiviraux à action directe (AAD) est possible depuis le 20 mai 2019, pour tout médecin, a indiqué le Ministère de la Santé dans un communiqué [1].

En accord avec les objectifs d’élimination de l’hépatite C

Préconisée il y a plus d’un an par des associations comme l’Association Française pour l’Étude du Foie (AFEF), et actée par le Plan priorité prévention 2018-2022, cette mesure s’inscrit dans une optique d’élimination du virus de l’hépatite C en France à l’horizon 2025. C’est « une excellente nouvelle, a d’ailleurs réagi à chaud le Dr Hélène Fontaine (Unité d’hépatologie médicale, Hôpital Cochin, Paris), dans une vidéo pour l’AFEF . En accord avec les objectifs d’élimination de l’hépatite C qui supposent une diminution des nouveaux cas de 90% et une réduction de la mortalité liée au VHC de 65%. Cet objectif fixé à 2030 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été ramené à 2025 par le Ministère de la Santé. L’ouverture de la prescription aux médecins autres que les spécialistes en gastroentérologie, en hépatologie et en maladie infectieuse est très importante pour pouvoir aboutir à cette élimination » s’est-elle réjouie.

La Fédération Addiction et son pôle MG addiction ont aussi salué l’annonce d’une simplification de l’accès aux traitements de l’hépatite C – deux médicaments très efficaces et bien tolérés – qu’elle réclamait depuis de nombreuses années, en lien notamment avec Aides.

Prise en charge simplifiée

Les deux traitements antiviraux dont il est question, ici, correspondent aux deux options thérapeutiques pangénotypiques recommandées par la Haute Autorité de Santé (HAS), dans le cas d’une prise en charge simplifiée pour les patients atteints de formes non compliquées de l’hépatite C, sans facteur de comorbidités (co-infection VHB et/ou VIH, insuffisance rénale sévère, etc.) et en l’absence de traitement antérieur par AAD : 

  • Epclusa® (sofosbuvir/velpatasvir) pendant 12 semaines ;

  • Maviret® (glécaprévir/pibrentasvir) pendant 8 semaines.

Pour accompagner ce progrès et guider les médecins dans cette nouvelle mission, la HAS propose une fiche mémo. Cette fiche comprend aussi des recommandations en matière de dépistage préconisé chez toute personne à risque d’infection par le VHC ou estimant qu’elle a pu avoir un contact avec le VHC, ou pour laquelle le professionnel de santé pense qu’il y a un risque. A ce jour, 100 000 patients français seraient encore infectés par le virus de l’hépatite C, dont environ 75000 qui l’ignorent [2].

 

Voir : Fiche mémo Hépatite C : prise en charge simplifiée chez l'adulte

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....