Homéopathie : la HAS se prononcerait pour son déremboursement, selon des fuites

Véronique Hunsinger

18 mai 2019

Paris, France -- Dès le lendemain de la réunion de la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS), la radio France Info[1] a révélé que celle-ci préconisait le déremboursement de l'homéopathie. Une information également avancée par le quotidien Le Monde vendredi.

Les fuites dans la presse créent une polémique

La HAS a, en effet, adopté mercredi un projet d'avis sur l'évaluation des médicaments homéopathiques. Bien que les projets d'avis de la commission de transparence de la HAS soient soumis à la stricte confidentialité tant que la phase contradictoire avec les laboratoires n'est pas achevée, les premières fuites dans la presse ne se sont pas fait attendre. 

Fuites que les laboratoires concernés, à savoir Boiron, Lehning et Weleda ont déploré dans un communiqué [2], publié jeudi soir, précisant n'avoir pas eux-mêmes été informé de cet avis. « Cet avis préliminaire est protégé par la plus stricte confidentialité et est réservé aux seuls laboratoires concernés par cette évaluation dans le but de faire valoir leurs arguments lors d'une phase contradictoire, écrivent les fabricants d'homéopathie. Le fait qu'un média puisse être informé de la teneur de cet avis confidentiel, constitue une violation du secret de la procédure d'évaluation en cours remettant potentiellement en cause sa régularité ».

Ajoutant même, « dans ce contexte, les laboratoires Boiron, entreprise française cotée, ont dû prendre la décision de suspendre leur cours de bourse».

Une procédure toujours en cours

De son côté, la HAS a souligné que la « procédure d'évaluation est toujours en cours » et qu'elle doit rendre son avis définitif en juin « une fois que l'ensemble des étapes d'évaluations seront franchies ». « Comme l'ensemble de ses travaux, l'avis sur les médicaments homéopathiques sera public et communiqué quand celui-ci sera définitif » insiste la Haute Autorité.

Celle-ci a en effet débuté ses travaux depuis plusieurs mois. Son service d'évaluation du médicament a d'abord procédé, entre septembre 2018 et le premier trimestre 2019, à une analyse de la littérature scientifique, des contributions, des documents et des dossiers déposés par les laboratoires. Les différentes parties prenantes, en dehors des laboratoires, ont été auditionnées en avril et le projet d'avis a été adopté le 15 mai. A réception de ce projet d'avis, les laboratoires concernés disposent de dix jours pour formuler des observations écrites et/ou demander à être entendus par la commission. Dans ce dernier cas, la commission de transparence doit les auditionner dans les 45 jours.

Verdict au mois de juin

En raison de ce calendrier, la HAS table aujourd'hui sur un objectif de publication de l'avis définitif au courant du mois de juin. C'est sur cet avis que la ministre de la santé pourra prendre sa décision de maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques à 30%, de le faire passer de 30 à 15% ou de supprimer purement et simplement le remboursement.

La ministre dispose également depuis la fin mars de l'avis conjoint de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie nationale de pharmacies[3], lesquelles préconisaient qu' « aucune préparation homéopathique ne puisse être remboursée par l'Assurance maladie tant que la démonstration d'uns service médical rendu suffisant n'en aura pas été apportée ».

Régulièrement critiqué, le remboursement de l'homéopathie a fait l'objet de nouvelles remises en cause depuis la parution en mai 2018 d'une tribune dans Le Figaro signée par 124 médecins. Ces praticiens désormais regroupés dans l'association "Collectif Fakemed" ont contribué à la réévaluation des produits homéopathiques au travers d'une contribution écrite et d'une audition de ses représentants.

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....