Diabète de type 2: un ancien antipaludique aussi efficace que la canagliflozine?

Vincent Richeux

Auteurs et déclarations

16 mai 2019

Los Angeles, Etats-Unis L'anti-inflammatoire et antipaludique hydroxychloroquine (Plaquenil®, Sanofi) s’avère aussi efficace que l’antidiabétique canagliflozine (Invokana®, Janssen) pour réduire la glycémie chez les patients atteints de diabète de type 2 insuffisamment contrôlés sous bithérapie, selon une petite étude indienne. Le médicament induit même une perte de poids.  Reste, toutefois à évaluer son rapport bénéfice-risque dans cette indication.

« L’hydroxychloroquine peut être perçue comme une alternative chez les patients qui ne peuvent pas avoir accès à la canagliflozine en raison de son coût », a commenté le principal auteur de l’étude, le Dr Amit Gupta (GD Diabetes Institute, Calcutta, Inde), lors d’une présentation des résultats au congrès de l’American Association of Clinical Endocrinologists (AACE)[1].

Communément employée en prévention du paludisme et également contre les maladies inflammatoires, telle que la polyarthrite rhumatoïde, l’hydroxychloroquine a montré, dans plusieurs études, des effets sur la glycémie par sa capacité à inhiber les enzymes participant à la dégradation de l’insuline.

Depuis 2014, ce médicament est autorisé en Inde chez les patients diabétiques de type 2 qui n’ont pas réussi à atteindre l’objectif glycémique après deux traitements antidiabétiques oraux. « Une situation assez fréquente », a précisé le Dr Gupta. Dans les pays occidentaux, l’hydroxychloroquine n’a pas d’autorisation dans cette indication.

Des résultats à confirmer

Interrogé par Medscape édition française, le Pr Samy Hadjadj (Endocrinologie - maladies métaboliques et nutrition, CHU de Nantes) souligne qu’il faut attendre que les résultats de cette étude soient validés et évaluer le bénéfice d’un tel traitement, en prévention notamment du risque cardiovasculaire. «Ils montrent surtout qu’il y a tout intérêt à évaluer d’anciens médicaments dans d’autres indications. » 

Pour déterminer l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans le traitement du diabète, le Dr Gupta et ses collègues ont mené une étude randomisée incluant 87 patients diabétiques avec un contrôle glycémique insuffisant malgré une bithérapie orale à dose maximale associant vildagliptine (100 mg/jour) et metformine (2000 mg/jour).

Les patients, âgés en moyenne de 56 ans, avaient un diabète diagnostiqué depuis six ans. Le taux d’hémoglobine glyquée HbA1c à l’inclusion était en moyenne de 8,4%. Ils ont été randomisés pour prendre, en plus de la bithérapie, de l’hydroxychloroquine (400 mg/jour) ou de la canagliflozine (300 mg/jour).

Ces résultats montrent surtout qu’il y a tout intérêt à évaluer d’anciens médicaments dans d’autres indications Pr Samy Hadjadj

HbA1c abaissé de 1%

Après 24 semaines de traitement, les résultats montrent une réduction significative de la glycémie dans les deux groupes, avec un niveau de HbA1c abaissé de 8,4% à 7,11% chez les patients sous hydroxychloroquine et à 7,44% chez ceux prenant la canagliflozine. La différence n’est pas significative.

La glycémie moyenne postprandiale a également été réduite. Elle est passée de 210 à 142 mg/dL dans le groupe hydroxychloroquine et de 219 à 153 mg/dL dans celui sous canagliflozine. La glycémie est aussi été abaissée respectivement de 143 à 112 mg/dL et de 147 à 117 mg/dL. Là encore, les différences ne sont pas significatives.

En revanche, il apparait, de manière surprenante, une nette différence sur la perte de poids, puisque les patients prenant l’hydroxychloroquine ont vu leur indice de masse corporelle (IMC) passer de 27,2 à 25,7 kg/m2, alors qu’il n’y pas eu de changement avec la canagliflozine.

Cette perte de poids associée à l’hydroxychloroquine n’est pas rapportée dans les études portant sur le traitement des rhumatismes. Selon le Dr Gupta, cet effet pourrait être lié aux propriétés anti-inflammatoires du médicament.

L’effet anti-inflammatoire impliqué?

L’antipaludique est également associé à un taux d’hypoglycémie rapporté plus faible (5,4% contre 8,2% avec la canagliflozine). Caractérisée par une glycémie < 50 mg/dL, l’hypoglycémie confirmée a concerné 2,3% des patients prenant la gliflozine, alors qu’aucune n’a été observée chez ceux prenant l’hydroxychloroquine.

Le traitement est, par ailleurs, bien toléré. Aucun cas de rétinopathie, une complication habituellement associée à la prise de chloroquine, n’a été observé, a précisé le chercheur.

En termes de sécurité, les effets secondaires signalés sur la notice d'utilsation de l’hydroxychloroquine sont principalement ophtalmologiques (parfois des rétinopathies irréversibles) ; un suivi ophtalmologique doit donc être initié en cas de traitement. En parallèle, des maux de tête, des vertiges, des convulsions, des événements indésirables cutanés, allergiques, digestifs, cardiaques, hépatiques, hématologiques ou psychiatriques (psychoses) ont également été signalés.

« En réduisant à la fois la glycémie et l’inflammation, l’hydroxychloroquine pourrait apparaitre comme un traitement de choix dans l’arsenal thérapeutique contre le diabète », a conclu le Dr Gupta, qui a tenu à rappeler l’implication majeure de l’état inflammatoire dans le développement des maladies métaboliques.

« Ces résultats sont très intéressants et représentent une nouvelle piste de traitement contre le diabète. Cependant, il faut que la pertinence de l’étude soit évaluée et attendre la validation des résultats avant de s’interroger sur les répercussions en pratique », a commenté le Pr Hadjadj.

En réduisant à la fois la glycémie et l’inflammation, l’hydroxychloroquine pourrait apparaitre comme un traitement de choix dans l’arsenal thérapeutique contre le diabète  Dr Amit Gupta

Le coût en question

D’autres médicaments non indiqués dans le diabète ont déjà montré un intérêt dans le contrôle de la glycémie, mais l’effet n’est pas aussi marqué, a souligné l’endocrinologue. C’est le cas du bromocriptine (Parlodel®, Mylan), un antiparkinsonien associé à une baisse moyenne de 0,5% du niveau de HbA1c.

« Il ne suffit pas d’avoir un effet sur le niveau d’hémoglobine glyquée, il faut également vérifier s’il existe un bénéfice sur les complications associées au diabète, notamment pour le risque cardiovasculaire ». Or, la canagliflozine réduit également le risque de complication cardio-vasculaire et de défaillance rénale.

En ce qui concerne le coût du médicament et son accessibilité, « rien n’empêche que son prix soit augmenté une fois l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché dans cette indication », ajoute le Pr Hadjadj.

Le prix d’une boite de 30 comprimés d’hydroxychloroquine à 200 mg est proche des 5 euros. Les gliflozines ne sont toujours pas commercialisées en France. Aux Etats-Unis, il faut compter près de 450 euros pour une boite de 30 comprimés de canagliflozine à 300 mg.

 

Le Pr Samy HADJADJ a déclaré des liens d'intérêt avec Astra Zeneca, Bayer, Boehringer Ingelheim, Dinno Santé, Eli Lilly, LVL, Johnson & Johnson, Medtronic, MSD, NovoNordisk, Novartis, Pierre Fabre Santé, Sanofi, Servier, Valbiotis.

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....