Cas clinique : Hématémèse chez un homme de 32 ans

Dr Suzan Sanavi, Dr Reza Afshar

Auteurs et déclarations

6 mai 2019

Contexte

Un homme âgé de 32 ans se présente au service des urgences pour survenue brutale d’une hématémèse. Il décrit avoir vomi du sang rouge vif à trois reprises ces quatre dernières heures ; le dernier épisode remontant à environ une heure. Il estime avoir vomi un demi verre (soit environ 118 ml) de sang à chaque fois. Il est nauséeux depuis plusieurs jours.

Il ne se plaint d’aucune douleur abdominale et n’a jamais eu d’épisodes d’hématémèse auparavant ; il décrit cependant des selles noires et goudronneuses, et une oligurie ces derniers jours. Sa dernière miction remonte à environ 14 heures et il ne ressent pas le besoin d’uriner.

Il ne présente aucun antécédent médical particulier. Il ne fume pas, ne boit pas d’alcool, ne consomme pas de drogues illicites. Il ne prend aucun médicament, notamment des AINS disponibles sans ordonnance, et ne consomme pas de compléments alimentaires à base de plantes. Il n’a aucun antécédent chirurgical. Durant ces deux dernières semaines, le patient a remarqué des ganglions volumineux le long de son cou, mais ne se plaint de rien d’autre en particulier.

Examen clinique et bilan paraclinique

À l’examen clinique, le patient apparaît en mauvais état général. La température est de 37°C, son pouls est régulier à 120 bpm, sa tension artérielle est de 100/70 mmHg et sa fréquence respiratoire est de 16 mvmts/minute. On note une pâleur conjonctivale et des adénopathies bilatérales, volumineuses des chaines cervicales antérieures. À l’auscultation, les poumons sont clairs et les bruits du coeur normaux. Son abdomen est souple et indolore, sans masses ou organomégalie palpable. L’examen rectal met en évidence un tonus normal et des selles noires positives au test de guaïac. Il existe des adénopathies bilatérales et volumineuses des aires axillaires et inguinales. Les pouls périphériques sont normaux et tous perçus.

Les résultats biologiques révèlent un taux d’hémoglobine à 9g/dL, des taux sériques clairement augmentés d’urée à 180mg/dL (64.26 mmol/L), de créatinine à 11,2mg/dL (990 micromol/L), de LDH à 2550 U/L, d’acide urique à 41 mg/dL (2438,7 micromol/L), de phosphore à 19,6mg/dL (6,3 mmol/L), et une vitesse de sédimentation (VS) à 30mm/h.

La sédimentation urinaire révèle une hématurie, des cylindres leucocytaires et de nombreux cristaux d’acide urique. La fonction hépatique, les sérologies et autres analyses complémentaires sont dans les limites de la normale.

Sur la base de l’examen clinique et des résultats de laboratoire, il est diagnostiqué chez ce patient un saignement aigu du tractus digestif supérieur et une insuffisance rénale aiguë. Le patient bénéficie en urgence d’une réhydratation massive par voie IV, d’une transfusion de globules rouges en raison de l’anémie et d’un traitement par ranitidine IV. Le patient est ensuite transféré en service de soins intensifs pour poursuite de la prise en charge.

Après stabilisation, une échographie abdominale est réalisée et retrouve deux reins volumineux (rein droit 12,5 cm et rein gauche 12,2 cm) sans obstruction des voies urinaires. Le parenchyme rénal est hypoéchogène. L’endoscopie met en évidence une gastrite érosive. Le bilan biologique s’améliore sous traitement. De multiples biopsies sont ensuite réalisées au niveau des aires ganglionnaires inguinales et axillaires, de la moelle osseuse et des reins. Les biopsies axillaires et inguinales ne révèlent qu’une inflammation réactionnelle. La biopsie médullaire met en évidence une hyperplasie érythroïde. Une coupe de la biopsie rénale est montrée ici.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....