Allergie au latex : programmer les patients en début de bloc ne protège pas

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

29 avril 2019

Paris, France--Au regard des résultats d’une étude environnementale menée à Strasbourg et présentée à l’occasion du 14ème Congrès Francophone d’Allergologie[1] , la programmation d’un patient allergique au latex en début de bloc ne garantit pas d’abaisser le risque d’allergie en raison de la présence significative d’allergènes du latex dans l’air.

Mesures avant et pendant les interventions

Il est actuellement admis – sans néanmoins de preuve formelle - que la prise en charge chirurgicale des patients allergiques au latex passe par la programmation en première intervention au bloc opératoire associée à l’utilisation d’un environnement sans latex.

Derrière cette recommandation d’usage, on trouve l’idée que l’air du bloc est le moins chargé en particules de latex en début de programmation.

C’est ce qu’a voulu vérifier l’équipe du Dr Charles Tacquard (Strasbourg) en mesurant les taux d’allergènes majeurs du latex (Hev b1, Hevb2, Hev b5 et Hev b6.02) dans l’air d’un bloc ISO 7 grâce à une pompe aspirante munie d’un filtre qui capte les allergènes.

Les mesures ont été effectuées à 4 reprises : avant le programme opératoire (entre 5 h 30 et 7 h 30), entre 7 h 30 et 9 h 30, entre 11 h 30 et 13 h 30 et entre 15 h 30 et 17 h 30. Ces mesures ont été corrélées au nombre de personnes opérées, au nombre de gants latex utilisés et au nombre de personnes présentes en salle.

Allergènes présents dès la première intervention

L’analyse des données obtenues par tests de mesure montre que le taux d’allergène Hev b1 s’établissait à moins de 10 ng/m3 avant la mise en place du programme opératoire. Il passait ensuite pendant les 3 autres périodes à respectivement 75, 68 et 208 ng/m3.

Aucune corrélation n’a été retrouvée entre l’activité chirurgicale et la quantité de Hev b1 en suspension dans l’air.

Les taux d’allergènes Hev b3, Hev b5 et Hev b6.02 étaient inférieurs au seuil détectable dans toutes les mesures.

Pour les auteurs, « alors qu’aucun gant en latex n’a été utilisé pendant la première période (mesure avant le début du programme opératoire), le taux d’allergène est significatif dès l’ouverture du bloc, signe que la pollution peut persister dans le temps.

La programmation du patient allergique en première position du programme opératoire ne garantit donc pas l’absence de contact avec un allergène du latex ».

Outre l’éviction des gants en latex, une prémédication par anti H2 doit donc être systématique puisque le contact avec l’allergène semble inéluctable.

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....