Cas clinique : adolescent avec gonalgies sévères et récidivantes

Zoran Rajković, Dino Papeš

Auteurs et déclarations

4 avril 2019

Histoire de la maladie

Vous recevez dans votre service d’urgences un adolescent de 16 ans qui se présente pour une gonalgie gauche d’apparition brutale associée à un œdème localisé. Deux mois auparavant, il avait présenté une luxation de la rotule qui avait été traitée par du repos, un glaçage, une surélévation et une immobilisation. Il ne gardait plus aucune séquelle de cet épisode.

Ses antécédents médicaux et chirurgicaux personnels sont sans particularités. Dans sa famille, aucun cas de pathologie du genou ou de luxation n’est connu. Le jeune homme ne suit pas de traitement régulier et il ne présente pas d’allergies. Il est lycéen et joue au football en semi-professionnel. L’épisode actuel de gonalgie a débuté dès les suites d’un match de football, une semaine auparavant.

L’adolescent se plaint d’un genou modérément œdématié et douloureux. Lorsque les symptômes sont apparus, il a d’abord appliqué de la glace sur son genou qu’il a mis au repos et qu’il a strappé. Cet ensemble de mesures a permis une amélioration transitoire des symptômes, mais 72 heures avant son admission aux urgences les signes cliniques sont réapparus et se sont progressivement aggravés. C’est ce qui l’a conduit à consulter.

Examens clinique et para-clinique

À son arrivée aux urgences, le patient semble en bonne condition physique : il est alerte et ne présente pas de signes de détresse vitale. Il est apyrétique, sa pression artérielle est de 125/75 mm Hg, son pouls est de 75 par minute, sa fréquence respiratoire de 15 par minute et sa saturation en air ambiant est de 98%. Sa peau est un peu pâle, sans pli cutané. L’examen de la cavité buccale retrouve des muqueuses sèches. Les bruits du cœur sont normaux et l’auscultation pulmonaire est sans particularité (pas de sibilants, pas de crépitants, pas de râles). L’abdomen est souple, indolore, sans météorisme. L’examen ne retrouve pas de masse abdominale et les orifices herniaires sont libres.

L’examen de sa hanche gauche ne révèle rien de spécifique et l’amplitude de ses mouvements est normale.

L’examen de son genou gauche met en évidence un choc rotulien, signe de la présence d’un épanchement intra-articulaire. Spontanément, le patient garde son genou semi-fléchi et l’examen de la mobilité (flexion, extension) est limité par la douleur.

Les tests méniscaux et ligamentaires sont négatifs.

Le bilan para-clinique inclut une NFS qui se révèle normale et une radiographie dont les résultats sont visibles en figure 1.

Une ponction articulaire est réalisée : elle ramène 30 ml d’un liquide contenant du sang d’effusion ancienne. Le liquide est envoyé au laboratoire pour un examen cytologique et bactériologique qui ne retrouve pas de signes d’infection.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....