POINT DE VUE

E-cigarettes à haute puissance: attention danger? Questions au Dr Chaumont

Aude Lecrubier

15 janvier 2019

Belgique -- L’utilisation d’e-cigarettes à haute puissance est de plus en plus populaire. Or, elle serait associée à une hypoxémie artérielle et une hypoxie tissulaire, d’après une petite étude pilote réalisée chez 20 patients fumeurs coronariens présentée aux JHTA 2018 [1] (Lire l’article E-cigarettes à haute puissance et hypoxémie artérielle chez des fumeurs coronariens).

Dr Martin Chaumont

Pour les auteurs, le Dr Martin Chaumont (doctorant à la Fondation Erasme, hôpital Erasme, Belgique) et coll., « cette étude suggère que l’e-cigarette à haute puissance, souvent recommandée comme aide au sevrage tabagique, devrait être utilisée avec prudence, en particulier chez les patients atteints de maladies pulmonaires et cardiovasculaires ou d’artériopathie périphérique ».

Interrogé par Medscape édition française, le Dr Chaumont revient sur l’interprétation de ces résultats tant sur le plan physiopathologique que clinique.

Medscape édition française : Cette hypoxémie artérielle est-elle comparable à ce qui peut être observé avec la cigarette classique ?

Medscape : Cette hypoxémie artérielle est-elle comparable à ce qui peut être observé avec la cigarette classique ?

Dr Martin Chaumont : Fumer la cigarette classique induit une baisse similaire de la pression artérielle en oxygène, pendant une vingtaine de minutes aussi. Mais, dans le cas du tabagisme les mécanismes sont vraisemblablement très différents. Les dérivés carbonylés induits par la combustion sont irritatifs, inflammatoires, bronchoconstricteurs  et vont mener à la BPCO, au cancer pulmonaire…

Comment peut-on expliquer l’ hypoxémie artérielle observée dans votre étude avec l’e-cigarette à haute puissance ?

M. Chaumont : L’hypothèse est que l’aérosol de propylène glycol et de glycérol déshydrate la surface muqueuse respiratoire ce qui pourrait induire une inflammation locale avec la sécrétion de cytokines, de molécules pro-inflammatoires, qui provoqueraient une bronchoconstriction. D’autre part, la déshydratation du surfactant (qui est censé maintenir les alvéoles ouvertes) peut augmenter la tension de surface au niveau des petites voies aériennes et des alvéoles, ce qui peut provoquer un collapsus mécanique des petites voies aériennes.

Peut-on craindre plus d’événements cardiovasculaires ou pulmonaires avec cette façon de vapoter ?

M. Chaumont : Cette baisse de la pression partielle artérielle en oxygène n’engendre pas une baisse cliniquement importante de la saturation de l’hémoglobine en oxygène. C’est une baisse mineure. Par rapport au contenu artériel en oxygène, cela n’a aucune répercussion. Cela ne va donc pas précipiter un événement cardiovasculaire. En revanche, nous sommes face à une technique qui perturbe probablement les échanges gazeux et on peut se demander ce que cela va induire au niveau pulmonaire au long court. Est-ce que cela va induire des BPCO, d’autres types de pathologies pulmonaires ou est-ce un effet purement local qui va se dissiper rapidement ? Nous n’avons pas encore les réponses.

Vous sommes face à une technique qui perturbe probablement les échanges gazeux et on peut se demander ce que cela va induire au niveau pulmonaire au long court.

Faut-il déconseiller le vapotage à ces gros fumeurs à haut risque CV ?

M. Chaumont : Le vapotage est beaucoup plus sur que le tabac ; la quasi-totalité des études vont dans ce sens. Mais, attention à la façon dont vous l’utilisez. Vapoter des très grosses quantités de liquide à très haute dose et à très haute puissance n’est peut être pas une bonne idée. Mieux vaut peut être vapoter à 10/15 watts , soit un petit wattage, peu de liquide et plus de nicotine que de vapoter à très haut wattage avec peu de nicotine. De toute façon, le vapoteur compense la perte de concentration en nicotine en prenant plus de liquide. Notre idée est de dire que, peut être, il faudrait revenir sur les petits wattages avec plus de nicotine pour diminuer cet effet pulmonaire potentiellement délétère.

 

Le Dr Martin Chaumont n’a pas de liens d’intérêt en rapport avec le sujet.

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....