Boisson énergisante : une canette suffit à altérer la fonction endothéliale

Sue Hughes, Marine Cygler

28 novembre 2018

Houston, Etats-Unis – Censées donner un regain d'énergie à l'organisme, les boissons « énergisantes » contiennent un mix de caféine, taurine, vitamines, ginseng et guarana. Bien sûr, on y trouve aussi une quantité de sucre importante. Et, leurs effets négatifs sur la santé commencent à être documentés [1,5]. Lors du dernier congrès de l'American Heart Association (AHA), une présentation a souligné leur potentielle dangerosité. Ainsi, on apprend que consommer une seule de ces boissons peut altérer la fonction endothéliale de jeunes adultes en bonne santé [6].

« Notre étude apporte des preuves supplémentaires du danger potentiel des boissons énergisantes » a indiqué le Dr John Higgins (Mc Govern Medical School, UTHealth, Houston, Texas) à nos confrères de Medscape Medical News.

« Nous avons mis en évidence une réduction d'environ 50 % de la capacité des artères à se dilater » a-t-il expliqué. « Dans notre étude, les participants ne pratiquaient pas d'activité physique mais beaucoup de gens boivent des boissons énergisantes avant ou pendant l'exercice, et à ce moment-là, il est très important que les artères puissent se dilater correctement pour répondre à la demande augmentée en oxygène du cerveau, des muscles et du cœur ».

Notre étude apporte des preuves supplémentaires du danger potentiel des boissons énergisantes  Dr John Higgins

Une étude chez des étudiants en médecine en bonne santé

L'étude a inclus 44 étudiants en médecine en bonne santé et non-fumeurs (âge moyen = 24,7 ans, indice de masse corporelle moyen = 23,4). La tension artérielle et le rythme cardiaque ont été mesurés chez les participants et un électrocardiogramme a été réalisé.

La fonction endothéliale a d'abord été évaluée par l’enregistrement de la vasodilatation flux-dépendante en utilisant l’échographie haute résolution. Puis, les participants ont été invités à boire une boisson énergisante, en l'occurrence une canette d'Energy Monster de 24 oz (soit 68 cl). Les mêmes mesures ont été renouvelées 90 minutes après.

Les résultats ont montré que la consommation d'une boisson énergisante avait pour conséquence de diminuer le pic de la réponse vasodilatatrice – laquelle est passée de 5,1% initialement à 2,8%, 90 minutes après la boisson.

De plus, cinq minutes après la consommation de la boisson énergisante, le rythme cardiaque a augmenté en moyenne de 12 battements par minute et la tension artérielle de 12 à 14 mmHg. Ces valeurs sont retournées au niveau de base au bout de 90 minutes alors que la fonction endothéliale restait encore significativement altérée.

« Cela montre que les boissons énergisantes agissent directement sur l'endothélium », insiste le Dr Higgins.

« Des études précédentes ont montré des effets indésirables sur la tension artérielle, le rythme cardiaque et la fonction endothéliale. Beaucoup de signalements isolés mentionnant des effets cardio-vasculaires et neurologiques graves, dont des arrêts cardiaques en particulier chez les jeunes avec une activité sportive soutenue ».

« Nous avons utilisé la vasodilatation flux-dépendante car c'est un « gold standard » en ce qui concerne la mesure de la fonction vasculaire. Nous avons aussi ciblé notre attention sur une population plus jeune que celles des autres études », a indiqué John Higgins.

« D'autres études, notamment, présentées lors de l'AHA ont montré que les boissons énergisantes sont associées à une augmentation de l'agrégation plaquettaire et à des effets sur le système nerveux ».

La réglementation : une nécessité

Le Dr Higgins a rappelé que les boissons énergisantes contenaient en général trois ingrédients clefs : caféine, sucre et mix aux propriétés énergisantes (acides aminés comme la taurine, précurseurs du glucose et des vitamines) le plus souvent à très hautes doses.

« Nous pensons que la combinaison de ces ingrédients peut être dangereuse. Nous ne savons même pas ce que sont exactement ces mix énergisants, et cela ne peut pas rester en l’état. Il y a une vraie nécessité de transparence ».

Les boissons énergisantes sont aujourd'hui considérées comme des produits à base de plantes ou des compléments alimentaires, assujettis à une réglementation minimale.

« Elles sont commercialisées sans qu’il leur soit demandé de répondre aux critères de sécurité exigeants de la FDA (Food and Drug Administration). Elles sont même moins soumises à des réglementations que les boissons habituelles », déplore le Dr Higgins qui poursuit « Bizarrement, une canette de Coca doit répondre à un niveau de réglementation plus élevé qu'une canette de boisson énergisante. Or celle-ci devrait être réglementée comme le sont les médicaments avec des études sur l'efficacité et la sécurité ».

Bizarrement, une canette de Coca doit répondre à un niveau de réglementation plus élevé qu'une canette de boisson énergisante Dr Higgins
De la même façon, en France, ces boissons ne répondent à aucun encadrement réglementaire spécifique. Néanmoins, depuis 2013, l'Anses recommande d'éviter la consommation de boissons dites énergisantes en association avec de l’alcool ou lors d’un exercice physique et d’être particulièrement vigilant vis-à-vis des apports en caféine, notamment  via les boissons dites énergisantes, chez certains consommateurs, en particulier : les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et adolescents, les personnes sensibles aux effets de la caféine ou présentant certaines pathologies notamment certains troubles cardio-vasculaires, psychiatriques et neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères.

Des profils plus vulnérables

De son côté, le Dr Higgins a souligné que certains groupes étaient plus à risque d'effets indésirables : « les enfants, les gens qui n'ont jamais pris de caféine ou qui présentent une sensibilité, les femmes enceintes, et ceux qui, du fait d'une maladie, prennent un traitement stimulant, par exemple les enfants sous Ritaline® (methylphenidate hydrochroride) ».

« Ces boissons sont de plus en plus populaires, en particulier chez les jeunes. Nous devons déterminer s'il existe des seuils qui exemptent de tout danger, et comment cela peut différer en fonction des groupes ».

La commercialisation de ces boissons chez les jeunes doit être stoppée, a-t-il ajouté. Le Dr Higgins est favorable à ce qu'un message concernant la dangerosité des boissons énergétiques avant un exercice intense soit largement diffusé. De plus, il considère que leur vente aux mineurs devrait être interdite et qu'une mention sur l'étiquette devrait indiquer les effets indésirables possibles et les groupes les plus à risque.

D'après lui, la pratique courante chez les jeunes qui consiste à mélanger boisson énergisante et alcool est particulièrement inquiétante.

« Ce travail suggère d’aller plus loin et d’étudier désormais le lien entre la consommation de boissons énergisantes sur le long terme et la fonction endothéliale », a conclu Sachin Shah, docteur en pharmacie (David Grant Medical Center on Travis Air Force Base et University of the Pacific, Californie), spécialiste du sujet, pour Medscape Medical News.

La commercialisation de ces boissons chez les jeunes doit être stoppée Dr Higgins

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....