Prévention de la migraine : avis positif pour le galcanezumab, un 2ème anti-CGRP

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

27 septembre 2018

Londres, Royaume-Uni – Deux mois à peine après que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence médicale européenne (EMA) se soit prononcé positivement sur la mise sur le marché de l’érénumab (Aimovig®, Novartis), une deuxième thérapie par anticorps monoclonal (galcanezumab, Emgality™, Eli Lilly) devrait être, elle aussi, disponible prochainement en Europe dans la prévention de la migraine [1].

Le galcanezumab appartient, comme d’autres molécules en développement, à une toute nouvelle classe de médicaments qui cible spécifiquement le  calcitonine gene related peptide (CGRP), un peptide qui joue un rôle important dans la physiopathologie de la migraine (du fait de son action très algogène et vasodilatatrice).

Ces deux molécules, et celles qui vont suivre de la même famille (voir encadré en fin d'article), sont très attendues. « Environ 15% de la population européenne souffre de migraine, rappelle l’EMA. Une pathologie dont la cause reste obscure, qui touche préférentiellement les femmes et qui altère le fonctionnement des individus, à l’école, au travail, et d’un point de vue social. »

« L’arrivée de ces deux médicaments élargit le champ des options thérapeutiques dans la migraine et pour laquelle il n’y a pas de traitement curatif, considère l’Agence européenne. D’autres traitements existent pour lutter contre les symptômes et réduire la fréquence des jours de migraine. Cependant, les traitements préventifs ne marchent pas toujours très bien et ont des effets indésirables désagréables » écrit-elle [1].

L’approbation du galcanezumab repose sur trois études pivots qui ont impliqué 1 780 patients souffrant de migraines épisodiques (EVOLVE 1 et 2) et 1 117 autres souffrant de migraines chroniques (REGAIN). La galcanezumab a agi dès le 1er mois, précise le communiqué d’Eli Lilly, puis a été efficace pendant tous les mois qui ont suivi [2]. Après 6 mois de traitement, les patients souffrant de migraines épisodiques ont vu le nombre de jours de migraine mensuelle réduit de 1,9 en moyenne versus placebo. Quant aux patients atteints de migraine chronique, la réduction était de 2 jours. Les effets indésirables les plus fréquents étaient la douleur et les réactions au site d’injection, les vertiges et la constipation.

Emgality™ sera disponible sous forme d’une solution injectable mensuelle pour les patients souffrant d’au minimum 4 jours de migraine mensuel. Prix et remboursement sont laissés à l’appréciation des Etats.

 

4 anti-CGRP sur le point d’être commercialisés

L’érénumab (Aimovig®, Novartis) a ouvert la voie pour de nombreuses autres molécules de la même famille. Si la Food and Drug Administration devrait autoriser le galcanezumab d’ici la fin septembre, elle a, en revanche, donné son aval il y a 10 jours à un autre anti-CGRP, le fremanezumab-vfrm (Ajovy™Teva) [2]. Par rapport à l’érénumab et au galcanezumab, le fremanezumab-vfrm existe en deux dosages, l’un permettant de prévenir les migraines pendant 1 mois, l’autre pendant 3 mois. Un quatrième, l’eptinezumab (Alder BioPharmaceuticals ), est aussi dans les starting-blocks aux Etats-Unis. En injection intraveineuse, il revendique une biodisponibilité de 100% et serait, lui aussi, efficace sur tout un trimestre.

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....