Pas d’azithromycine chez les patients cancéreux greffés en prévention d’un risque pulmonaire

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

6 août 2018

Saint-Denis – L’azithromycine ne doit pas être utilisée prévention du syndrome de bronchiolite oblitérante (SBO) chez ces patients souffrant d'hémopathies malignes après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques en raison d’une augmentation du taux de rechutes et de la mortalité, indiquait l’ANSM fin mai [1]. L’information est aujourd’hui reprise et amplifiée dans une alerte de sécurité de la FDA [2] et un communiqué du laboratoire Pfizer [3]. Précisons que l’azithromycine n’était pas approuvée dans cette indication.

Essai interrompu

L’alerte a été donnée après qu’un essai clinique français intitulé ALLOZITHRO, pour « Evaluation of the efficacy of azithromycin to prevent bronchiolitis obliterans syndrome after allogenic hematopoietic stem cell transplantation » financée par l’AP-HP [3], a été interrompu prématurément en raison d’un taux accru de rechutes d'hémopathies malignes dans le groupe de patients recevant l'azithromycine comparativement au groupe de patients sous placebo.

Cette étude – qui avait pour objectif d’évaluer l’efficacité de l’azithromycine administrée au long cours dans la prévention du syndrome de bronchiolite oblitérante (SBO) au décours d'allogreffe de cellules souches hématopoïétiques chez des patients atteints d'hémopathie maligne – a en effet été stoppée 13 mois après l’inclusion des 480 patients en raison d’une « augmentation inattendue du taux de rechutes et de la mortalité » chez les patients qui prenaient l’azithromycine par rapport à ceux qui absorbaient le placebo [2,3,4].

Risques supérieurs aux bénéfices escomptés

Ces 480 patients avaient été randomisés pour recevoir de l’azithromycine 250 mg (243) 3 fois par semaine pendant 2 ans; tandis que 237 patients recevaient le placebo pendant la même période. Les premières données disponibles ont été analysées le 26 avril 2017, et il est apparu que des rechute de cancer sont survenues chez 77 patients (32,9%) sous azithromycine versus 48 patients (20,8%) sous placebo (RR ajusté, 1,6; [IC95% : 1,12 – 2,4]). Au total, 95 patients du groupe azithromycine sont décédés versus 66 patients dans le groupe placebo; soit un taux de survie à 2 ans de 56,6% chez les patients sous azithromycine comparés à 70,1% sous placebo, alors que ce taux était équivalent dans les deux groupes dans les premiers mois qui ont suivi le début du traitement. Puis l’écart n’a fait que s’accentuer jusqu’à interruption de l’étude après 2 années de suivi, indique la FDA [2].

« Bien que le rôle exact de l’azithromycine dans l'augmentation du taux de rechutes observée ne soit pas élucidé à ce jour, il faut en conclure que les risques de l'administration d'azithromycine au long cours chez des patients ayant subi une greffe de cellules souches hématopoïétiques sont supérieurs aux bénéfices escomptés » en déduit l’ANSM [1].

Et il apparait donc que « l’azithromycine n’est pas indiquée en traitement à visée prophylactique du syndrome de bronchiolite oblitérante après greffe de cellules souches hématopoïétiques [1]. »

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....