POINT DE VUE

Préhospitalier : 3 études du congrès Urgences 2018 choisies par le Dr Savary

Dr Dominique Savary

Auteurs et déclarations

5 juillet 2018

Le blog du Dr Dominique Savary – urgentiste, réanimateur

TRANSCRIPTION

Bonjour, je suis le Dr Dominique Savary du centre hospitalier Annecy Genevois et je vous retrouve sur Medscape pour évoquer avec vous le congrès Urgences SFMU 2018 qui s’est tenu à Paris en juin. C’était un événement riche en présentations et en conférences et j’ai choisi trois événements particuliers qui se sont déroulés au cours de ce congrès :

  • Tout d’abord la présentation des résultats de l’étude [1] de Sandrine Charpentier, de Toulouse, sur la gestion de la douleur dans l’infarctus du myocarde aigu pris en charge en SMUR. Nous attendions les résultats de cette étude randomisée multicentrique de non-infériorité en cluster comparant la morphine — qui, vous le savez, a été un peu remise en cause dans différentes études récentes — avec une association protoxyde d’azote, c’est-à-dire MEOPA, et paracétamol. Cette étude s’est faite en cluster sur 38 centres — sur 38 SMUR qui ont pris en charge 684 patients. Sandrine nous a rapporté des résultats très clairs disant que l’association protoxyde d’azote et paracétamol était inférieure à la morphine, avec une sédation de cette douleur au bout de 30 minutes qui était autour de 74 % des patients analgésiés pour le bras morphine versus 50 % et quelques pour le bras paracétamol. Ces résultats ne vont pas vraiment changer nos pratiques préhospitalières sur la gestion de la douleur. Pour ce qui était des événements indésirables, là aussi il n’y a pas eu de réelle différence entre les deux bras de l’étude.

  • Second résultat d’étude que nous attendions, c’est celui de l’étude CURASMUR[2] du Pr Xavier Combes, qui s’intéressait à l’intubation en séquence rapide en préhospitalier. Il s’agissait d’une étude randomisée contrôlée en simple aveugle de non-infériorité entre la classique succinylcholine et le rocuronium, un curare non dépolarisant — une étude qui a concerné 1226 patients. Les résultats ont montré que, finalement, le rocuronium ne permettait pas d’avoir des conditions d’intubation équivalentes à la classique succinylcholine, mais que par contre en post-intubation immédiat, il y avait moins d’effets secondaires — en particulier, il y avait moins d’états de choc et moins de troubles du rythme chez les patients.

  • Au cours de ce congrès, il a aussi beaucoup été discuté de la place de l’ECMO thérapeutique dans l’arrêt cardiaque réfractaire — c’est logique, après les magnifiques résultats présentés par les SAMU de Paris. La question était de savoir s’il faut être restrictif ou avoir des indications larges de pose d’ECMO en cas d’arrêt cardiaque réfractaire. Les conclusions du congrès relevaient deux choses :  1) il faut probablement être restrictif quant aux patients à implanter – il faut que ce soient des patients plutôt jeunes, sans comorbidités, avec un rythme cardiaque choquable, avec si possible pas de no-flow et un low-flow relativement réduit, probablement inférieur à 60 minutes. 2) est-ce qu’il faut implanter en préhospitalier ou à l’hôpital ? Pour la partie préhospitalière, cela doit concerner uniquement des équipes dédiées sur des grandes métropoles. En France, c’est probablement Paris bien sûr, Lyon, Marseille, Lille qui sont concernées avec des équipes dédiées qui partent dès l’appel, pour aller implanter sur le terrain. Pour le reste de la France, c’est probablement une organisation qui doit être mise en œuvre pour que, lorsque la fibrillation ventriculaire est réfractaire, les équipes restent sur place aux plus 20 minutes et commencent à aller vers l’hôpital, pour que les patients, très rapidement, soient implantés, peut-être dès l’urgence ou en réanimation, mais en tous les cas toujours dans ce délai de 60 minutes.

Voilà ces trois points que je voulais évoquer avec vous. Bien sûr, de la médecine très préhospitalière cette année. Il y avait d’autres présentations qui concernaient l’intra, mais je vais avoir l’occasion, probablement, d’en reparler avec vous sur Medscape. À bientôt.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....