Paludisme : la fin de la chimio-prophylaxie en Asie et Amérique tropicale

Dr Isabelle Catala

6 juin 2018

Saint-Maurice, France -- Dans son édition annuelle des Recommandations sanitaires aux voyageurs, le BEH qui relaye l’avis du Haut Comité de Santé Publique (HCSP), annonce que la chimio-prophylaxie n’est plus de mise dans de nombreux pays d’Asie tels que la Chine, la Thaïlande, la Birmanie, le Cambodge, le Vietnam, le Sri Lanka, les Philippines, l’Indonésie, la Malaisie ou le Laos [1]. C’est aussi le cas de pays d’Amérique Centrale ou du Sud : Venezuela, Salvador, Paraguay, Pérou, Nicaragua, Panama, Mexique ou Guatemala. Dans toutes ces zones, la protection anti-vectorielle est plus que jamais d’actualité.

En revanche, le traitement reste indiqué dans toute la zone amazonienne, dans plusieurs états ruraux de l’Inde, dans les zones rurales du Guyana, du Honduras, du Guatemala et aussi en Indonésie ou au Myanmar.

Ce revirement est la suite d’une évolution de l’épidémiologie palustre. Actuellement, en effet, plus de 90 % des cas mondiaux surviennent en Afrique. C’est aussi sur ce continent que 91 % des 445 000 décès ont eu lieu. Le BEH insiste sur la nécessité de prophylaxie chez les personnes qui se rendent dans la plupart des pays d’Afrique tropicale.

Qui sont les voyageurs conventionnels ?

Le HCSP distingue deux profils de voyageurs, en précisant que la suspension de la chimio-prophylaxie concerne exclusivement les « voyageurs conventionnels ». Sous cette appellation sont regroupés les touristes qui effectuent un séjour de courte durée (inférieure à 1 mois) majoritairement en zone urbaine ou sur des sites touristiques classiques avec quelques nuitées en zone rurale mais dans des conditions d’hébergement satisfaisantes (hôtel, maison…). Les routards, militaires, personnes en mission humanitaire ou en exploration scientifiques sont désignés sous l’appellation « personne en séjour non conventionnel ». Ces voyageurs partent pour une durée supérieure à un mois ou passent une proportion importante des nuitées en zone rurale, en hébergement précaire (tente, habitations non protégées…) ou effectuent un périple pendant la saison des pluies ou dans une zone à forte transmission palustre.

Afrique : évaluation du risque au cas par cas

Dans le cas des voyages en Afrique, le BEH souligne que le traitement est fondé sur une évaluation individuelle du risque qui prend en compte les caractéristiques du voyage (saison, altitude, durée du séjour) et le profil du voyageur (âge, grossesse, comorbidités, allergies, immunodépression, antécédents de prise d’antipaludéens, poids, prise de médicaments…). L’observance et les capacités financières du voyageur sont aussi des éléments déterminants.

Les médicaments les plus prescrits restent l’association atovaquone-proguanil, la doxycycline et la méfloquine. Cette dernière, comme le précise l’ANSM, peut néanmoins entrainer des symptômes psychiatriques qui peuvent survenir jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt du traitement. Les patients doivent être informés de ces possibles complications et de la nécessité de suspendre le traitement et de consulter en cas de rêves anormaux, d’insomnies, d’anxiété aiguë, de dépression, d’agitation ou de confusion mentale.

L’option traitement de réserve

Chez les personnes qui voyagent plus d’une semaine dans des zones isolées sans possibilité de consultation, et chez les voyageurs fréquents ou qui restent en zone endémique pendant plus de 6 mois, il est possible de prescrire un traitement dit « de réserve » constitué d’une molécule différente de celle utilisée en chimio-prophylaxie. Les combinaisons à base de dérivés d’artémisinine (arténimol-pipéraquine, artéméther-luméfantrine) sont les plus efficaces et doivent être privilégiées. Ce traitement doit être pris dans les 12 h qui suivent l’apparition de la fièvre et une consultation avec un médecin est nécessaire dès que possible.

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....