Retard d’approvisionnement en FreeStyle Libre : où en est-on ?

Jean-Bernard Gervais

Auteurs et déclarations

29 juin 2018

 

ACTUALISATION --Saint Maurice, France – Le 21 juin, l’ANSM a fait savoir qu’ « en raison de la commercialisation et d’accords de remboursement dans de nombreux pays dans le monde », le fabricant Abbott rencontre des difficultés à livrer les pharmacies en quantité suffisante et que les délais de livraison peuvent dépasser 15 jours ouvrés.

L’agence du médicament précise que « pour pallier les difficultés d’approvisionnement en capteurs, des bandelettes de contrôle de la glycémie (25-50 unités) peuvent être envoyées gratuitement aux patients durant cette période, en contactant le service clients Abbott : 0800 10 11 56 (appel gratuit à partir d’un poste fixe).

Enfin, elle indique que le fabricant a pris des mesures pour ramener cette situation à la normale au plus tard fin août 2018. AL

 

 

Rupture de stock : Freestyle libre victime de son succès et d’une logistique défaillante

Paris, France/28 mai 2018 -- « Je suis diabétique utilisant la pompe à insuline depuis 2006. Inscrit sur ordonnance en pharmacie pour la commande du Freestyle libre. Tous les mois, je subis des retards de livraison de 2 à 3 jours » ; « Actuellement (17 avril 2018), le délai de livraison [des capteurs/NDLR] est de 15 jours ouvrés soit ... 3 semaines calendaires ! » ; « Ça fait 2 mois que mon ordonnance est bloquée à la pharmacie et je ne suis toujours pas livrée. Encore 3 semaines et j'attaque en justice Abbott aussi grand qu’il soit »...

Ruptures de stock

L'exaspération est à son comble, parmi les patients diabétiques qui utilisent le Freestyle libre, comme en témoignent ces quelques messages glanés sur les forums sociaux. Remboursé depuis le 1er juin 2017, le système Freestyle libre a révolutionné la mesure de la glycémie : il s'agit tout bonnement d'un dispositif médical de mesure de la glycémie sans contact, qui évite aux patients atteints d'un diabète de type 1 ou 2 de devoir se piquer plusieurs fois par jour (voir encadré Le Free Style en bref en fin de texte). Commercialisé par Abbott, le dispositif Freestyle libre doit, pour bénéficier d'un remboursement, être vendu uniquement via les pharmacies d'officine. Exit la vente remboursable par l'assurance maladie sur Internet !

Aussi louable soit cette mesure, elle explique, en partie, les raisons des ruptures de stock constatées en France et ailleurs : impossible de faire du stock via les centrales d’achats… La fédération des pharmacies d'officine a d'ailleurs réagi vivement en dénonçant cette procédure : « Pour la FSPF, la vente directe exclusive a dans ce cas montré ses limites et l’ANSM a été alertée sur cette difficulté de réalité au comptoir afin que le patient n’en subisse pas les préjudices. »

« Le choix de la vente directe a ses limites », a confirmé Marc Hanauer, président d’Ent’RED Paris, une association de parents d’enfants diabétiques, à Medscape édition française. « Les autorités publiques doivent dialoguer avec le laboratoire pour régler au plus vite cette situation qui dégrade la prise en charge de nombreux diabétiques  […] Pour les enfants, revenir aux glycémies sur les doigts plusieurs fois par jour n’est pas une option », a-t-il souligné.

Les difficultés d'approvisionnement sont constatées en France, mais aussi en Suisse. En mars dernier, Abbott se fendait d'ailleurs d'un communiqué pour « informer notre patientèle que pour des raisons de rupture de marchandise du laboratoire Abbott dans toute la Suisse, nous ne serons pas livrés en capteurs avant le 29 mars 2018 ».

 
Les autorités publiques doivent dialoguer avec le laboratoire pour régler au plus vite cette situation qui dégrade la prise en charge de nombreux diabétiques Marc Hanauer
 

Logistique défaillante

La vente directe aux pharmacies fait l'impasse sur les grossistes. Mais Abbott, en court-circuitant les centrales d'approvisionnement, n'a pas pour autant renforcé ses services logistiques. Résultat, des pharmaciens mal livrés, et un service client totalement dépassé : « Je vous souhaite bien du courage pour essayer de les joindre. Même leurs commerciaux n’y arrivent pas. Mon pharmacien m’a gentiment expliqué qu’il se faisait envoyer balader par le labo quand il leur demande quand il sera livré. La représentante qui est venue les voir leur a également dit que les mois à venir allaient être catastrophiques pour l’approvisionnement », témoigne sur leur blog deux diabétiques le 4 mai dernier. Un service commercial également dénoncé par la fédération des pharmacies d'officine : « Confrontés à des temps de livraison excessifs et à un service commercial difficilement joignable, le pharmacien se trouve dans une situation plus que délicate face au patient diabétique, situation jugée « intenable » par la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) qui vient d’obtenir une simplification de la procédure d’enregistrement des pharmaciens et de passation des commandes. »

 
Confrontés à des temps de livraison excessifs et à un service commercial difficilement joignable, le pharmacien se trouve dans une situation plus que délicate face au patient diabétique Fédération des syndicats pharmaceutiques de France
 

Explosion mondiale

Autres données : l'explosion de la commercialisation mondiale de Freestyle libre, qui expliquerait également des problèmes d'approvisionnement en France. « Vu qu’il n’y a qu’un centre de production pour toute l’Europe, et que les pays de l’UE commencent à distribuer un peu partout le FSL, ça devrait continuer à être saturé un bon moment », confie un pharmacien. Cette pénurie devrait se poursuivre jusqu'à fin juillet 2018, a confié un autre pharmacien à une internaute : « Je viens d'apprendre ce matin que Abbott ayant ouvert la vente à d'autre pays remboursant le Free style libre, les capteurs allaient être en rupture de stock jusque en juillet 2018. » La production devrait toutefois repartir de plus belle en juin, car Abbott a décidé l'ouverture d'une nouvelle ligne de production, selon le Pr Hélène Hanaire, présidente de la Société Francophone du Diabète (SFD) et diabétologue au CHU de Toulouse.

Toutefois, dans ce contexte de concurrence mondiale, la baisse du remboursement du capteur de 50 euros à 45 euros au 1er juillet 2018 annoncée en France par le gouvernement pourrait faire craindre que l’hexagone ne soit pas dans les premiers servis…

Concurrence

En attendant que l'offre et la demande se régulent, quelles sont les solutions proposées par les pouvoirs publics et les industriels ? La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnamts) a autorisé début mai la possibilité de prise en charge de bandelettes et lancettes au-delà de la limite actuelle de prise en charge. Surtout, de nouvelles offres concurrentes à Freestyle devraient rentrer sur le marché d'ici la fin de l'année. Ou pour certaines, comme le Minimed 640G sont d'ores et déjà remboursés depuis mars dernier. Minimed 640G (Medtronic) associe un système de mesure de glucose interstitiel en continu, un lecteur de glycémie et une pompe à insuline. Le système Dexcom G4 Platinum, un autre dispositif indépendant de mesure en continu du glucose interstitiel, pourrait lui aussi bénéficier d'une prise en charge par l'assurance maladie. Sans compter l'offre de Roche, l'Eversense, un système implantable mesurant la glycémie en continu. Sa commercialisation devrait débuter d'abord en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas, avant d'atteindre le marché français.
 

Le Freestyle Libre en bref

En pratique, le système FreeStyle Libre mesure de façon continue le taux de glucose dans le liquide interstitiel grâce à un petit filament de 5 mm inséré par le patient juste sous la peau derrière le haut de son bras. Pour obtenir sa glycémie, le patient passe le lecteur FreeStyle Libre au-dessus du capteur, évitant ainsi les dextros pluriquotidiennes. La durée de vie du capteur est de 14 jours sans calibration.

Le dispositif est remboursé chez les diabétiques de type 1 ou 2 qui n’arrivent pas suffisamment à s’équilibrer et qui sont déjà traités de façon intensive au moins par 3 injections d’insuline par jour ou par une pompe, à condition qu’ils acceptent de recevoir une éducation thérapeutique et une évaluation du dispositif sur 1 à 3 mois.

« En France, cela représente un contingent de patients éligibles assez important, soit environ 300 000 personnes », a commenté le Pr Hélène Hanaire pour Medscape édition française, lors de la conférence de presse du congrès annuel de la SFD.

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....