Quiz express: le sevrage tabagique

Dr Stephen Soreff

Auteurs et déclarations

28 mai 2018

Les patients les plus dépendants ont parfois besoin d’une prise en charge initiale de 6 mois, voire plus, et certains restent même sous substituts nicotiniques pendant des années. Un suivi à long terme est souhaitable, car même en cas d’arrêt, le risque de rechute est important. Quelle que soit l’option thérapeutique choisie, près de la moitié des fumeurs qui ont cessé leur intoxication rechute au cours des 12 premiers mois.

La thérapie de groupe guidée par un professionnel permet un arrêt rapide pour 60 à 100 % des patients, mais à un an, la proportion d’abstinents n’est plus que de 20 %, seulement.

L’hypnose et l’acupuncture font aussi partie des méthodes plébiscitées par le grand public, en particulier par ceux pour qui les autres méthodes se sont révélées des échecs. Mais l’analyse scientifique de ces approches conclut à une efficacité proche du placebo.

Les patients qui cessent de fumer grossissent. C’est pour cette raison qu’il est souhaitable de les encourager à suivre à un régime pauvre en calories et à reprendre une activité physique pendant la période de sevrage et après. En cas de sevrage, l’exercice physique permet d’éviter la prise de poids à long terme et aide à moins ressentir des signes de manque.

Des séances courtes d’information (moins de 10 minutes) et la prescription d’un substitut nicotinique sont efficaces par elles-mêmes, mais elles le sont encore plus si les deux méthodes sont proposées simultanément.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....