ODYSSEY Outcomes : l’anti-PSCK9 alirocumab diminue aussi la mortalité globale

Aude Lecrubier, Patrice Wendling

Auteurs et déclarations

21 novembre 2018

Dans cet article

4. Principaux résultats d’efficacité CV et de tolérance

Globalement, les taux de MACE (critère primaire de jugement) étaient respectivement de 9,5 % dans le bras alirocumab et de 11,1 % dans le bras placebo (RR=0,85 ; IC95 %, 0,78 à 0,93, p=0,0003). Pour le détail, voir le tableau ci-dessous.

Evénements du critère primaire d’évaluation composite (MACE)

Evénement du critère primaire

Alirocumab vs placebo

p

Décès coronarien

2,2 % vs 2,3 %

P=0,38

IDM

6,6 % vs 7,6 %

P=0,006

AVC ischémique

1,2 % vs 1,6 %

P=0,01

Angor instable

0,4 % vs 0,6 %

P=0,02

Résultats secondaires

Evénements

Alirocumab vs placebo

p

Décès/IDM/AVC

10,3 % vs 11,9 %

P=0,0003

Décès coronarien

2,2 % vs 2,3 %

P=0,38

Décès CV

2,5 % vs 2,9 %

P=0,15

Décès toutes causes

3,5 % vs 4,1 %

P=0,026

Revascularisation liée à l’ischémie

 7,7 % vs 8,8 %

P=0,009

Hospitalisation pour IC

1,9 % vs 1,9 %

P=0,84

ALT >3xULN

2,3 % vs  2,4 %

-

CK>10xULN

0,5 % vs 0,5 %

-

Anticorps neutralisants

42 vs 6 

-

Nouveau diabète

9,6 % vs 10,1 %

-

En termes de tolérance, les effets secondaires étaient aussi fréquents dans le groupe alirocumab que dans le groupe placebo.

Evénements secondaires (%)

Alirocumab (9451)

Placebo (9443)

Tous

75,1

77,1

Sévères

23,3

24,9

Sur la durée de l’essai, le seul signal de sécurité supérieur dans le bras alirocumab versus placebo étaient les réactions au site d’injection (3,8 % vs 2,1 %). Le Pr Steg souligne cependant que les tendances concernant les AVC hémorragiques, les nouveaux diabètes et les troubles neurocognitifs étaient plus favorables pour les patients sous alirocumab. Pour rappel, des travaux précédents avaient, eux, suggéré l’existence d’un signal de troubles neurocognitifs avec les anti-PCSK9 lorsque les taux de LDL-c obtenus sont très bas[3].

Evénements secondaires

Alirocumab (9451)

Placebo (9443)

AVC ischémique

 9

16

Nouveau diabète

648

676

Troubles neurocognitifs

143

167

« Il est remarquable qu’une intervention aussi puissante soit aussi bien tolérée », a souligné le Pr Steg.

Concernant l’impact de ces résultats sur la pratique clinique, il ajoute : « parce que l’effet du traitement a été particulièrement marqué chez les patients avec les taux de cholestérol les plus élevés, nous pensons que ce sont ces patients qui sont les meilleurs candidats au traitement ».

Pour la suite, les chercheurs ont indiqué qu’ils allaient utiliser les données de l’étude pour évaluer le rapport coût-efficacité de l’alirocumab. Ils ont également prévu de suivre les résultats des patients jusqu’à 10 ans pour déterminer si les bénéfices persistent après l’arrêt du traitement.

 
Il est remarquable qu’une intervention aussi puissante soit aussi bien tolérée  Pr Gabriel Steg
 

L’essai a été financé par Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals

Le Pr Steg déclare les relations financières suivantes :

• bourses de recherche (INSERM U1148) Merck, Sanofi, and Servier
• honoraires Amarin, AstraZeneca, Bayer, Boehringer-Ingelheim, Bristol-Myers-Squibb, CSL-Behring, Daiichi-Sankyo, GlaxoSmithKline, Janssen, Lilly, Merck Novartis, Pfizer, Regeneron, Sanofi, Servier, The Medicines Company.

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....