ODYSSEY Outcomes : l’anti-PSCK9 alirocumab diminue aussi la mortalité globale

Aude Lecrubier, Patrice Wendling

Auteurs et déclarations

21 novembre 2018

Dans cet article

3. Des baisses LDL-c qui s’atténuent en cours d’essai

Dans l’essai, les taux de LDL-c à 4, 12 et 48 mois étaient respectivement de 93,3 ; 96,4 et 101,4 mg/dL dans le bras placebo et de 37,6 mg/dL ; 42,3 et 53,3 mg/dL dans le bras alirocumab. Les baisses relatives de LDL-c avec le traitement actif étaient donc respectivement de 62,7 %, 61 % et de 54 %.

Lors de la présentation des résultats, le Dr Pamela Bowe Morris (Université médicale de Californie du Sud, Etats-Unis), modératrice de la session, s’est interrogée sur ces « remontées » des taux de LDL-c avec le temps.

Pour elle, les 7,7 % de basculements du groupe alirocumab vers le groupe placebo (en raison de taux de LDL-c obtenus trop importants) et la présence d’anticorps neutralisants (ACN « anti-médicament ») dans le groupe alirocumab (5 %) pourraient expliquer « cette dérive plutôt substantielle au cours du temps ».

Pour le Pr Steg, la titration à la baisse et l’arrêt prématuré de certains traitements par alirocumab ont clairement joué un rôle sur cette « dérive » mais, concernant les anticorps neutralisants, il souligne que leur incidence était très faible : respectivement 42 dans un groupe et 6 dans l’autre.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....