La migraine, un facteur de risque cardiovasculaire à prendre en compte

Marine Cygler, Batya Swift Yasgur

Auteurs et déclarations

26 février 2018

Aarhus, Danemark-- La migraine semble augmenter le risque de différentes maladies cardiovasculaires, notamment l'infarctus du myocarde (IDM), l'AVC ischémique et hémorragique, la maladie thromboembolique veineuse (MTE), la fibrillation atriale (FA) ou le flutter atrial, selon une vaste étude de cohorte danoise publiée dans le British Medical Journal[1].

D’après ces nouvelles données, au cours de la première année après son diagnostic, la migraine est associée à une multiplication par huit du risque d'AVC et à un doublement du risque pour l'IDM, la MTE, la FA ou le flutter atrial.

Ces augmentations du risque CV sont observées pendant tout le suivi. Elles sont plus importantes chez les patients présentant des migraines avec aura et chez les femmes.

« Il y a désormais une série de preuves qui suggèrent que la migraine devrait être considérée comme un facteur de risque pour la plupart des maladies CV, à la fois chez les hommes et chez les femmes » a rappelé le premier auteur de l'étude, Kasper Adelborg (post-doctorant, Département d'épidémiologie clinique, Hôpital universitaire Aarhus, Danemark) à nos confrères de Medscape Medical News.

« Bien que le risque CV absolu reste bas à l'échelle individuelle, il devient conséquent à l'échelle de la population car la migraine est une pathologie très courante » a-t-il indiqué.

 
Bien que le risque CV absolu reste bas à l'échelle individuelle, il devient conséquent à l'échelle de la population Kasper Adelborg
 

L'infarctus, l'AVC et les autres maladies CV

« La migraine affecte environ 15 % de la population, soit autour d'un milliard de personnes à travers de monde ». C'est une « cause majeure d'incapacité »  avec un « impact considérable sur la qualité de vie » et une « charge conséquente pour la société », écrivent les auteurs.

 

« De précédentes études ont déjà montré un lien entre la migraine et l'AVC, la migraine et l'infarctus, en particulier chez la femme, mais le lien entre la migraine et d'autres problèmes cardiaques est moins bien connu » a commenté Kasper Adelborg.

 

Pour mieux définir les affections CV dans lesquelles la migraine pourrait être associée, les auteurs ont non seulement mené leur étude sur le risque de faire un IDM ou un AVC mais aussi sur le risque de souffrir d'une maladie artérielle périphérique (MAP), d'une thromboembolie veineuse, d'une insuffisance cardiaque (IC) et de faire une FA ou un flutter atrial chez des patients nouvellement diagnostiqués migraineux.  Ils ont également regardé si les associations variaient selon qu'il s'agissait d'une migraine avec aura ou non, et en fonction du sexe.

Une étude de cohorte a été menée grâce aux registres administratifs et médicaux danois qui ont inclus des patients avec un premier diagnostic de migraine entre le 1er novembre 1995 et le 30 novembre 2013.

Les chercheurs ont comparé les patients migraineux avec une cohorte de population générale appariée (n= 51032 et n= 510320 respectivement). Ils ont également examiné les facteurs de risque CV classiques tels que le diabète, l'obésité, les dyslipidémies et l'hypertension mais aussi les problèmes de valves cardiaques, la BPCO, l'insuffisance rénale, les maladies du foie, le cancer, les maladies associées à l'alcoolisme et les pathologies de la thyroïde.

Un sur-risque sur le long-terme

Après un suivi de 19 ans, les incidences cumulées, pour 1000, de l'IDM, des AVC ischémique et hémorragique, de la MAP, de la MTE, de la FA ou du flutter atrial, et de l'IC étaient plus importantes dans la cohorte « migraine » que dans la cohorte « population générale » (25 contre 17 pour l'IDM, 45 contre 25 pour l'AVC ischémique, 11 contre 6 pour l'AVC hémorragique, 13 contre 11 pour la MAP, 27 contre 18 pour la MTE, 47 contre 34 pour la FA ou flutter atrial, 19 contre18 pour l'IC).

Après l'ajustement des covariables, les chercheurs ont trouvé que la migraine était associée à l'IDM (HR, 1,49 ; IC [1,36-1,64]), à l'AVC ischémique (HR, 2, 26 ; IC[2,11-2,41], l'AVC hémorragique (HR, 1,94 ; IC[1,68-2,23], la MTE (HR, 1,59 ; IC[1,45-1,74] et à la FA ou le flutter atrial (HR,1,25 ; IC [1,16-1,36]).

Aucune association n'a été mise en évidence avec la MAP ni avec l'IC.

Le risque de développer une maladie CV était plus important pendant la première année : multiplication par huit du risque d'AVC et doublement du risque pour l'IDM, la MTE, la FA ou le flutter atrial.

Cela dit, dans les périodes suivantes, soit 1 à 5 ans après le diagnostic, puis 5 à 19 ans après le diagnostic initial de migraine, l'augmentation du risque CV pour les migraineux se poursuivait : pour l'IDM (risque x1,5), l'AVC ischémique (x1,6 à 2,1), l'AVC hémorragique (x1,4), la MTE (x1,3 à 2) et la FA or le flutter atrial (x1,2).

Un « premier pas »

Auteur d'un éditorial dans le BMJ sur cette étude, Dr Tobias Kurth (Professeur de Santé Publique et d'Epidémiologie, Hôpital universitaire de la Charité, Berlin) a indiqué à Medscape Medical News que c'était la première fois qu'un lien avait été établi clairement concernant le flutter cardiaque et la MTE.

Pour lui, cette étude est « un premier pas » vers la réduction du risque CV. Cela dit « nous n'avons pas d'information sur ce que les migraineux devraient faire pour diminuer le risque CV en plus de réduire les autres facteurs de risque que constituent l'hypertension, le tabagisme, et le cholestérol » a-t-il commenté.

« Nous avons besoin de données supplémentaires pour pouvoir élaborer des recommandations et des stratégies afin de diminuer le risque CV chez les patients migraineux » a ajouté Kasper Adelborg.

 

 

Cette étude a été financée par la fondation Lundbeck et la fondation Novo Nordisk. Les auteurs n'ont pas déclaré de conflit d'intérêt.

 

 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....