Prévention CV primaire par statines : les recommandations européennes sont-elles plus «nulles» que les autres ?

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

2 février 2018

Dans cet article

Copenhague, Danemark – La première comparaison des différentes recommandations internationales de prévention primaire par statines à partir d’une même cohorte de patients suggère que suivre les recommandations européennes conduirait à une perte de chance pour les patients.

Selon les résultats, publiés dans les Annals of Internal Medicine[1], pour éviter le plus d’événements cardiovasculaires (CV) possible, il vaudrait mieux suivre les recommandations anglo-saxonnes plutôt que les recommandations européennes et donc traiter plus d’individus à très faible risque CV.

Toutefois, dans un contexte où la prévention primaire par statines reste très débattue même outre-Atlantique, leurs conclusions ne font pas l’unanimité. Voir ici la réaction de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) à cet article (Pas assez de statines en prévention primaire chez les européens ? L’ESC défend ses recommandations).

1. Comparaison à partir d’une même cohorte

Il existe aujourd’hui 5 principaux textes de recommandations de prévention primaire par statines émanant de l’American College of Cardiology/ American Heart Association (ACC/AHA), de la société cardiovasculaire canadienne (CCS), de la société européenne de cardiologie/Société européenne d’athérosclérose (ESC/EAS), du NICE britannique et de l’US Preventive Services Task Force (USPSTF). Or, tous diffèrent sur les cibles de LDL cholestérol et les seuils de risque CV à partir desquels il faut initier un traitement (voir tableau en fin de texte). Une hétérogénéité qui créé un certain degré de confusion et alimente le débat sur la prévention primaire par statines.

Pour tenter d’évaluer l’utilité de chacune de ces recommandations, les auteurs, les Drs Borge Gronne Nordestgaard et Martin Bodtker Mortensen (CHU d’Aarhus, CHU de Copenhague, hôpital Herlev et Gentofte, Danemark), ont réalisé une étude observationnelle sur une cohorte d’adultes issus de la population générale danoise (40 à 75 ans) sans antécédents cardiovasculaires et ne recevant pas de statines (n=45 750, âge moyen 56 ans, 57% de femmes).

Ils ont d’abord évalué quelle part de ces individus serait éligible pour un traitement par statine en fonction des différentes recommandations (prévention primaire).

Puis, ils ont estimé le nombre d’événements cardiovasculaires qui pourraient être évités chez ces patients après 10 ans de prévention primaire par statine.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....