Quiz express: que savez-vous de l’anémie ferriprive ?

Dr Emmanuel C. Besa, Dr Derek B. Laskar

Auteurs et déclarations

31 janvier 2018

En l’absence d’anémie, la carence martiale est cliniquement asymptomatique. Elle dépend donc du degré de l’anémie ou encore du niveau des réserves en fer. Il existe cependant des symptômes courants comme la faiblesse, la fatigue, et la dyspnée à l’effort. A l’examen clinique, les patients peuvent présenter une pâleur, une peau sèche, une chéilite, et une glossite. La moitié des patients atteints d’anémie ferriprive modérée présentent une pagophagie : forme de pica dans laquelle les individus développent une manie consistant à sucer ou mâcher de la glace. Occasionnellement, au lieu de glace, les patients préfèrent consommer du cèleri froid ou d’autres légumes frais. Les crampes des membres inférieurs, survenant en montant les escaliers, sont aussi fréquentes en cas de carence martiale. Une dysphagie aux solides peut apparaitre, avec présence de membranes à la jonction de l’hypopharynx et de l’œsophage (syndrome de Plummer-Vinson); ce syndrome a été associé au carcinome à cellules squameuses de la région cricoïde (œsophage ou pharynx). Rarement, l’anémie sidéropénique sévère est associée à un œdème papillaire, une augmentation de la pression intracrânienne, et un tableau clinique de pseudotumeur cérébrale. Ces manifestations sont corrigées par la supplémentation ferrique. Celle-ci stabilise le patient et évite l’aggravation du tableau clinique.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE

Traitement....