Comment prescrire de l’activité physique dans l’hypertension artérielle

Stéphanie Lavaud

Auteurs et déclarations

17 janvier 2018

Dans cet article

4. Quel bilan chez l’hypertendu ?

Composante de l’activité physique, la pratique sportive en compétition ou de loisir ne doit pas être systématiquement interdite aux hypertendus. Cela suppose toutefois de s’assurer au préalable de sa non contre-indication, en tenant compte du niveau de risque de l’hypertension, des résultats d’un bilan spécifique avec épreuve d‘effort, de l’équilibre tensionnel individuel et de la discipline sportive choisie.

Avant la pratique d’une activité physique, le sujet hypertendu va bénéficier d’une visite de non contre-indication (VNCI) avec anamnèse et examen clinique, ECG de repos, bilan biologique, et une évaluation tensionnelle ambulatoire (automesure ou MAPA des 24 h). « Cette dernière est d’ailleurs l’occasion de refaire un point sur la maladie hypertensive » signale le Dr Philippe Sosner.

En cas de symptôme thoracique, d’anomalie clinique (souffle à l’auscultation) ou de l’ECG, un bilan complémentaire sera réalisé, le plus souvent avec test d’effort et une échocardiographie.

En l’absence d’anomalie à la VNCI, un test d’effort sera néanmoins envisagé en cas de pratique sportive intense ou à risque, et au-delà de 35 ans chez l’homme ou 45 ans chez la femme porteurs de 2 facteurs de risque en plus de l’HTA.

Pour savoir si le sport choisi est adapté :

  • Tester le patient sur l’ergomètre le plus proche de l’activité physique pratiquée car la réponse de la fréquence cardiaque est différente d’une activité physique et sportive (APS) à l’autre, conseille le Dr Sosner.

  • Connaitre le niveau et l’ancienneté de la pratique.

Spécificités chez l’athlète hypertendu 

Les hypertendus sportifs à haut niveau d’entrainement et les athlètes bénéficieront, quant à eux, d’une échographie et d’un test d’effort systématique.

« Concernant le cas particulier de l’HTA d’effort, les recommandations nord-américaines précisent qu’une PAS>200 mmHg à l’effort est prédictive de la survenue d’une HTA future mais aussi d’évènements cardiovasculaires. Néanmoins les recommandations européennes précisent que le profil tensionnel d’effort diffère des mesures de la pression artérielle (PA) sur le terrain, prédit mal le statut tensionnel à moyen terme, et a une valeur pronostique indépendante variable selon les études.

Dans certains cas, tenir compte de la PA apporte un élément de sécurité en cas antécédents de dissection et/ou anévrisme aortique » indique le cardiologue parisien.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....