Quiz : reconnaître un patient victime de trafic d’êtres humains

Dr Thomas F. Burke, Daniela L. Suarez-Rebling

Auteurs et déclarations

10 janvier 2018

Dans le monde, le trafic d’êtres humains peut concerner toutes les communautés et tous les individus quel que soit leur âge, leur genre, leur ethnie, leur nationalité, leur classe sociale, leur orientation sexuelle, leur état physique ou leur statut migratoire.[1]

L’organisation internationale du travail estime à 22 millions le nombre de victimes de traite humaine dans le monde [2], dont 25 % d’enfants. 79 % des personnes concernées sont victimes d’exploitation sexuelle, 18 % sont soumis au travail forcé et 3 % à l’autres types d’exploitation.

Ces agissements sont à l’origine d’un profit estimé à 32 à 35 milliards de $ dans le monde et 3 milliards en Europe.

En 2016, Médecins du Monde a publié un rapport précisant que 15 600 personnes vivaient en France dans l’un des 539 bidonvilles recensés. 84 % d’entre elles ne disposaient d’aucune couverture sociale.

En septembre 2017, le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) a été consacré à la Santé et l’accès aux soins des migrants.

Dans cette publication, le bilan sur près de 10 ans et sur 16 000 consultants des Centres de Consultation du Comité pour la santé des exilés (Comede) est détaillé : les antécédents de violence concernent 62% des migrants (torture 14 %, violence liées au genre 13 %, chiffres variables selon le pays d’origine et le statut social des personnes). La vulnérabilité́ des migrants est réelle : un quart des consultants présentent au moins cinq critères de vulnérabilité́ ; on observe des troubles psychiques graves dans 16% des cas, des syndromes post-traumatiques ou des tableaux dépressifs chez 22% des patients.

Aux Etats-Unis, selon le département américain (US Department of State), 600 000 à 800,000 individus immigrent annuellement [3], 14 500 à 17 500 seraient victimes de trafiquants humains. Cette notion étaient encore peu définie, il est très vraisemblable que ce chiffre soit minimisé par rapport à la réalité.[4]

La prévalence exacte du trafic d’êtres humains reste donc encore difficile à chiffrer.

Lors de notre sondage Medscape 2017, seulement 6% des médecins français déclaraient avoir suspecté un patient d’être victime du trafic humain. Comment reconnaître ces patients ? Testez-vous avec ce quiz.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....