Urgences en crise en Grande-Bretagne : 16 900 patients « coincés » dans des ambulances

Dr Isabelle Catala

Auteurs et déclarations

9 janvier 2018

Grande-Bretagne -- Alors qu’en France, le nombre d’hôpitaux ayant activé leurs plans « hôpital en tension » augmente chaque jour, en Grande-Bretagne, la situation est encore plus critique. Au point que la première ministre a présenté ses excuses aux 55 000 patients qui ne pourront être opérés au mois de janvier en raison d’un report des interventions non urgentes. Sur son compte Twitter le 7 janvier , elle reconnaît que l’objectif d’un premier contact médical dans les 4 heures qui suit l’arrivée aux urgences n’est pas réalisable : « Nothing is perfect », dit-elle. Pourtant, elle annonce que 1 000 lits ont été réouverts, et l’accès aux médecins généralistes facilité.

Fermeture des centres de consultations et de soins d’urgence

Comment les britanniques en sont-ils arrivés à cette situation ? Depuis 2010, date à laquelle les conservateurs sont arrivés au pouvoir, 40 % des centres de consultations et de soins de petite urgence de la NHS ont fermé. Ces centres avaient été mis en place dans les années 2000 par le gouvernement de Tony Blair : sur les 230 lieux de consultations, 100 ont été contraints de ne plus recevoir de patients faute de budget alloué. Les patients qui consultaient dans ces unités de soins – généralement des personnes à faible revenu – n’ont plus eu d’autre choix que de se rendre aux urgences.

 
Depuis 2010, 40 % des centres de consultations et de soins de petite urgence de la NHS ont fermé.
 

Les urgences à bout

Et cet hiver, du fait, comme en France, d’une baisse précoce des températures, d’épidémies hivernales et d’un calendrier particulier au moment des vacances de Noël, les urgences ont été débordées.

Le week-end de Noël, 16 900 patients ont du passer plusieurs heures dans les ambulances qui les accompagnaient aux urgences faute de pouvoir être inscrits par les agents et les infirmiers d’accueil.

Depuis cette date que s’est-il passé ? Une prise de conscience progressive de l’état de crise vécue par les urgences qui se double désormais d’un début de survenue d’une épidémie de grippe particulièrement redoutée puisque le vaccin est inefficace sur la souche AH3N2 circulante en raison d’une mutation sur l’hémagglutinine du virus depuis la composition vaccinale à l’été 2017. En outre, il circule actuellement une souche B en Grande-Bretagne qui, elle aussi, est peu sensible au vaccin trivalent 2017-18.

Des interventions déprogrammées, des volontaires sollicités

En raison de la situation de crise majeure, le NHS a décidé d’annuler toutes les interventions non urgentes prévues au mois de janvier 2018. Et c’est à la suite de cette annonce que la première ministre a pris la parole pour s’excuser auprès de la population.

Parmi les autres mesures prises, un appel massif aux volontaires pour venir aider les personnels des urgences. Depuis décembre 2017 en effet, une « help force » de 78 000 personnes – en majorité des retraités – a été mise en place afin de pallier au manque de personnel dans les hôpitaux britanniques. Il faut dire qu’actuellement, 10 000 postes de médecins, 3 500 de sages-femmes et 36 000 d’infirmiers sont vacants dans les différents établissements du pays.

Et en France ?

La situation est-elle meilleure en France ? Peut être un peu pour l’instant puisque l’activité de chirurgie programmée est généralement limitée en France pendant la trêve de fin d’année, ce qui a permis une réquisition ou une réouverture de lits pour les urgences (voir article Medscape).

Mais, la semaine à venir sera celle de tous les dangers avec la reprise des activités programmées associée aux épidémies hivernales.

Combien de patients vont encore passer des nuits sur les brancards des urgences ? Combien de temps encore cette situation prévisible sera-t-elle tolérable ? Quand reconnaitra-t-on que laisser s’accumuler des brancards dans les couloirs des urgences conduit à une perte de chance pour les malades et à un épuisement des soignants ?

 
Combien de temps encore cette situation prévisible sera-t-elle tolérable ?
 

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....