Hépatite C : 10 traitements en lice, la fin d’une épidémie ?

Dr Catherine Desmoulins

Auteurs et déclarations

1er janvier 2018

Dans cet article

Paris, France --Depuis l’arrivée en fanfare, en 2014, du sofosbuvir (Solvadi®, Gilead), premier antiviral d’action directe (AAD) contre l’hépatite C, près de 10 autres produits incluant des combinaisons thérapeutiques (combo) ont obtenu une AMM en seulement 3 ans, un record de vitesse.  De quoi s’interroger sur la façon dont seront utilisés ces traitements respectifs, sur leur coût aussi. On se souvient du prix initial du Solvadi en ATU,  de l’ordre de 57 000 euros pour 3 mois de traitement, qui avait provoqué l’ire des associations de malades, de Médecins du Monde mais aussi du payeur.

Comme l’expliquait le Pr Vincent Leroy (chef de service d’hépato-gastroentérologie du CHU Grenoble Alpes) à l’occasion d’une table ronde organisée par le laboratoire Abbvie «  les dernières AMM ayant été accordées il y a quelques mois, il ne devrait plus y avoir de nouveau dépôt de demande de mise sur le marché ». Pourquoi ? Parce qu’avec l’arrivée des  dernières combinaisons thérapeutiques (voir Figure 1), on disposera de traitements dont les deux combinaisons pangenotypiques attendues au premier trimestre 2018 de première et de seconde ligne pour traiter tous les patients, c’est à dire quel que soit le génotype et la sévérité (cirrhose, co-infection VIH et autres comorbidités. On comprend aussi que les industriels qui voient poindre la fin de l’épidémie soient moins enclins à se lancer dans la course aux AAD de l’hépatite C.  Du moins, si les traitements conservent leur remarquable efficacité et leur rapidité d’action, donc en l’absence  de survenue de résistances qui compliqueraient le scénario.

Figure 1 : Chronologie de l’arrivée des nouveaux traitements et associations pangénotypiques attendues pour début 2018

A ce jour, suite au rapport Dhumeaux et à la décision d’accès universel des malades infectés par l’hépatite C (et non plus aux seuls patients les plus graves) en novembre 2016, environ 80 000 malades ont été traités, la plupart ces derniers mois, sans passer par le crible des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui gardent tout leur intérêt dans les situations compliquées de recontamination, retraitement après échec, interactions médicamenteuses, coïnfections VHB ou VIH, insuffisant rénal.. .

 
C’est la première fois qu’on arrive à montrer un bénéfice de survie pour des patients à des stades moins sévères. Pr Vincent Leroy
 

Autre bonne nouvelle : les patients guéris de leur hépatite C grâce aux AAD ont un bénéfice de survie. La grosse étude de cohorte  française HEPATHER (non encore publiée) portant sur près de 20 000 patients dont 7000 ont bénéficié des nouveaux antiviraux a constaté un bénéfice de survie après ajustement sur tous les autres facteurs de risque (Carrat F et al.,RVS).

« Pendant très longtemps on a comparé la survie de malades guéris par rapport à des malades en échec de traitement et on a biaisé les comparaisons, précise le Pr Leroy car les malades en échec étaient plus sévère.  C’est la première fois qu’on arrive à montrer un bénéfice de survie pour des patients à des stades moins sévères. »

« C’est la première fois qu’on arrive à montrer un bénéfice de survie pour des patients à des stades moins sévères » Pr Vincent Leroy

Plusieurs études présentées au dernier congrès nord-américain sur les hépatites (AASLD, San Francisco), ont constaté l’amélioration de la qualité de vie sous AAD du fait de l’amélioration des symptômes tels que la fatigue, la dépression et  les arthralgies (Younossi ZM et al.Cacoub P,  Paris, AASLD 2017, Abs. 726 actualisé) et ceci de manière très rapide dans les semaines suivant le début du traitement.

« Certains patients restent fatigués car ils peuvent avoir des comorbidités mais globalement il y a une amélioration de la qualité de vie » précise le Pr Leroy.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....