7 questions polémiques sur les vaccins : que répondre aux parents ?

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

3 janvier 2018

Dans cet article

Plus de morts subites du nouveau-né et syndromes de Guillain Barré ?

« Les adversaires de la vaccination ont dit que certains vaccins augmentaient le risque de mort subite du nourrisson. Pourtant, toutes les études cas-contrôles réalisées sur le sujet montrent un rôle protecteur de la vaccination en ce qui concerne la mort subite du nourrisson », a expliqué le Pr Alain-Jacques Valleron (Inserm U1169, Hôpital Bicêtre, AP-HP & Académie des sciences).

Le chercheur a rappelé que la mort subite du nourrisson touchait environ un enfant sur 2000 naissances. Il a ajouté qu’elle était encore largement inexpliquée mais qu’une relation causale avec la vaccination semblait hors de cause.

Il a cité trois études, réalisées entre 2001 et 2017 qui ont montré que les enfants vaccinés avaient une baisse de risque de mot subite de 45 %[2], 72 %[3] et 44 %[4] par rapport aux enfants témoins, soit « environ deux fois moins de risque », a-t-il souligné.

Concernant une éventuelle association entre le syndrome de Guillain Barré et la vaccination, le Pr Valleron a d’abord précisé qu’il touchait environ une personne sur 100 000/an et que dans 70 % des cas, il survenait dans les 2 à 3 semaines qui suivaient un épisode infectieux (grippe, gastroentérite, zika...). 

 
En nombre de cas, on a compté 5 hospitalisations et un décès dus au syndrome de Guillain Barré sur les 45 millions de vaccinations. Pr Alain-Jacques Valleron
 

Il a rappelé qu’en 1976, une augmentation de risque de 1/100 000 à 8/100 000 avait été rapportée chez les personnes vaccinées contre la grippe mais que depuis, de nombreux de travaux sur les grippes saisonnières n’avaient pas retrouvé de relation significative entre les deux.

Il a ajouté qu’une étude réalisée en 2009 aux Etats-Unis sur 45 millions de personnes vaccinées avait aussi montré  un léger sur-risque 1/ 100 000 à 1,2 à 1,3/100 000 (Lancet).

En pratique, sur les 45 millions de personnes vaccinées, 400 cas de Guillain Barré sont survenus entre 2009 et 2010 et sur ces 400 cas, seul une trentaine est survenue après vaccination.

« Finalement, le risque relatif était de 1,6 mais en nombre de cas, on a compté 5 hospitalisations et un décès dus au syndrome de Guillain Barré sur les 45 millions de vaccinations. Or, en même temps, le vaccin a protégé contre la grippe saisonnière et contre la grippe A avec une efficacité limitée. On estime qu’une 60 aine de millions d’américains ont eu la grippe pendant cette saison et qu’entre 200 et 500 morts ont été prévenues par la vaccination. Les chiffres parlent d’eux-mêmes », a conclu Alain-Jacques Valleron.

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....