Diabète : traiter les hommes et les femmes différemment ?

Véronique Duqueroy

Auteurs et déclarations

5 décembre 2017

Dans cet article

Disparités dans les comorbidités et la mortalité

Le taux de mortalité globale liée au diabète est plus élevé chez les hommes. L’écart entre les deux sexes diminue cependant avec l’âge : en France, l’indice homme/femme varie de 2,4 chez les moins de 65 ans vs 1,3 après 85 ans. [1]

Les diabétiques masculins ont également un nombre plus important de comorbidités, mais prises individuellement, ces comorbidités apparaissent plus défavorables chez les femmes. [8] Ainsi, selon une méta-analyse portant sur plus de 2,3 millions de personnes, le risque de démence vasculaire dans la population diabétique est plus élevé chez les femmes (+19%) que chez les hommes.[10] Dans cette même étude, les femmes diabétiques présentaient également un risque de démence 2,3 fois plus grand que les femmes non diabétiques, alors que chez les hommes ce facteur était de 1,7.

Dr Boris Hansel

Une des disparités sexuelles la plus observée et la plus connue chez les patients diabétiques est le surrisque de mortalité liée à une maladie cardiaque. « Chez les femmes diabétiques, le risque de décès cardiovasculaire est 15 fois supérieur à celui des non-diabétiques, alors que dans la population masculine ce risque est comparativement 4 fois plus élevé », a confirmé le Dr Boris Hansel (Hôpital Bichat) à Medscape. Les patientes diabétiques sont notamment plus à risque d’infarctus de myocarde, d’accident vasculaire cérébral [11] et de fibrillation auriculaire (dans le DT1) que leurs homologues masculins.[12] Chez les femmes de moins de 45 ans, le diabète serait associé à un risque d’infarctus 6 fois plus élevé. [13]

Plusieurs recherches ont établi que la prise en charge cardiovasculaire des femmes était insuffisante : elles sont moins fréquemment orientées vers l’angiographie d’emblée lors d’une admission à l’hôpital et ont moins de chance de recevoir un massage cardiaque [14,15]. Mais au vu des disparités hormonales, métaboliques et sociales, l’intervention devrait-elle avoir lieu encore plus en amont? Devrait-il y avoir une personnalisation selon le sexe aux stades préventif, diagnostique ou thérapeutique?

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE

Traitement....