POINT DE VUE

Revue de presse de cardiologie

Dr Walid Amara

Auteurs et déclarations

8 novembre 2017

Dans cet article

Dr Walid Amara

Vous n'avez pas pu tout lire ? Le Dr Amara a disséqué la littérature cardiologique et a sélectionné 4 articles qui pourraient impacter la pratique. Les thèmes traités ce mois-ci sont :

quelle valeur de troponine ultrasensible en dehors du cadre de l’infarctus du myocarde, le ticagrelor à mâcher dans les SCA, la place du coroscanner comparé aux tests fonctionnels et le rôle pronostique de l’IRM cardiaque dans les myocardites aiguës. Bonne lecture !

 

 

1. Les niveaux de troponine T ultrasensible corrélés au pronostic des patients avec douleur thoracique sans infarctus du myocarde

On manquait de données quant au devenir des patients consultant aux urgences pour une douleur thoracique avec une troponine ultrasensible élevée et stable mais pour lesquels le diagnostic d’infarctus du myocarde a été éliminé, de même que les autres pathologies avec élévation de troponine.

L’analyse a porté sur plus de 22 000 patients de plus de 25 ans qui ont consulté aux urgences de l’hôpital universitaire de Karolinska à Stockholm en Suède entre 2011 et 2014. Après avoir exclu toutes les conditions associées à une élévation de troponine incluant l’infarctus du myocarde, les auteurs ont isolé les patients qui avaient une élévation stable de la troponine ultrasensible afin d’évaluer leur devenir notamment en termes de mortalité totale, cardiovasculaire et non cardiovasculaire. Ils ont aussi cherché une corrélation entre la survenue ultérieure d’infarctus du myocarde et d’insuffisance cardiaque selon les niveaux de troponine.

L’analyse a porté sur 19 460 patients avec un âge moyen de 54 ± 17 ans. Le suivi a duré en moyenne 3 ans.

Il a été constaté une association gradée entre le niveau de troponine ultrasensible et la mortalité totale. De même, une association similaire a été notée entre le niveau de troponine et les risque de survenue ultérieure d’infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque, ainsi que la mortalité cardiovasculaire et non cardiovasculaire.

Pour la mortalité, les hazard ratios de mortalité étaient les suivants (voir tableau ci-dessous) en comparaison avec les patients ayant un troponine ultrasensible <5 ng/l.

 

Valeur troponine ultra-sensible

5 à 9 ng/l

10 à 14 ng/l

15 à 29 ng/l

30 à 49 ng/l

≥50 ng/l

Hazard ratio

2,00 (1,66-2,42)

2,92 (2,38-3,59)

4,07 (3,28-5,05)

6,77 (5,22-8,78)

9,68 (7,18-13,00)

 

Ce que je retiens

On rencontre en pratique des patients ayant des niveaux stables de troponine ultransensible et pour lesquels le diagnostic d’infarctus du myocarde est éliminé, de même que les autres diagnostics (exemple : embolie pulmonaire, etc). Cette étude montre que, même pour des niveaux d’élévation de troponine ultrasensible infinitésimaux, il existe une élévation de la mortalité totale, ainsi que des autres critères de jugement de morbimortalité cardiovasculaire.

 

Référence :

Roos A, Bandstein N, Lundbäck M, et al. Stable High-Sensitivity Cardiac Troponin T Levels and Outcomes in Patients With Chest Pain, Journal of the American College of Cardiology 2017, Volume 70, Issue 18, 31 October 2017, Pages 2226-2236.

 

 

 

 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....