Premières recommandations européennes de la sclérose en plaques

Aude Lecrubier

Auteurs et déclarations

6 novembre 2017

Dans cet article

5. Le suivi des patients

Recommandation 9 : Associer l’IRM à l’évaluation clinique pour le suivi des patients traités (recommandation faible).

Commentaire du Pr Vermersch : « Il a été admis que le suivi des patients était clinique et IRM (de bonne qualité). Lorsqu’il y a une activité IRM persistante, même si le patient est stable cliniquement, cela doit inciter le neurologue à changer de traitement car il s’agit d’un critère hautement prédictif d’aggravation. On ne doit plus attendre qu’un malade s’aggrave cliniquement. Cette recommandation va dans le sens de certaines AMM de médicaments qui ont déjà été modifiées en ce sens. »

 

Recommandation 10 : Pour évaluer la réponse au traitement, réaliser une IRM cérébrale standardisée de référence dans les 6 mois qui suivent l’instauration du traitement et comparer les résultats à une IRM ultérieure, typiquement réalisée 12 mois après le début du traitement. Ajuster le timing des IRM au mécanisme d’action et à la rapidité d’action du médicament et à l’activité de la maladie, évaluée cliniquement et par des examens IRM. (Consensus d’experts).

Recommandation 11 : Lors de l’évaluation de la réponse au traitement, la mesure de nouvelles lésions ou de l’expansion des lésions hyperintenses en T2 est la méthode IRM préférée, complétée par la mesure des lésions réhaussées par gadolinium. L’évaluation de ces paramètres nécessite des IRM standardisées de haute qualité et une interprétation par des lecteurs hautement qualifiés et experts de la SEP. (Consensus d’experts).

Recommandation 12 : Lors de l’évaluation de la sécurité des traitements, réaliser une IRM annuelle chez les patients à faible risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP), et plus fréquemment (3 à 6 mois) chez les patients à risque élevé de LEMP (virus JC+, traitement par natalizumab plus de 18 mois) et chez les patients à risque élevé de LEMP qui changent de traitement au moment ou le traitement est arrêté et l’autre instauré. (Consensus d’experts).

 
On ne doit plus attendre qu’un malade s’aggrave cliniquement  Pr Vermersch 
 

Commenter

3090D553-9492-4563-8681-AD288FA52ACE
Les commentaires peuvent être sujets à modération. Veuillez consulter les Conditions d'utilisation du forum.

Traitement....